Aller au contenu

PATRICK

Modérateurs
  • Compteur de contenus

    4,402
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de PATRICK

  • Rang
    Dieu M&B
  • Date de naissance 04/01/1970

Profile Information

  • Genre
    Homme

Visiteurs récents du profil

10,081 visualisations du profil
  1. En images, tous les maillots des Girondins de Bordeaux depuis 70 ans http://www.sudouest.fr/2017/02/19/en-images-tous-les-maillots-des-girondins-de-bordeaux-depuis-70-ans-3206256-5138.php
  2. Histoire Du Championnat D'europe Des Nations

    Championnat d'Europe des Nations 1996 Quel pays était plus approprié pour le plus important Championnat d'Europe que celui qui vit la naissance du football ? Seize équipes convergeaient vers l'Angleterre. Mais l'Allemagne seule en repartait avec le trophée. Question anglaise Comme pour la Coupe du Monde, l'Angleterre espérait marquer l'Histoire récente en gagnant la compétition à domicile. Pour cette mission, l'Association anglaise de football choisit le sélectionneur Terry Venables, qui bâtit un record d'invincibilité en matches européens. Plusieurs nouveaux talents sont sélectionnés (Darren Anderton, Steve McManaman, Jamie Redknapp, et les frères Neville, Phil et Gary) mais l'équipe dépend toujours trop de Paul Gascoigne en milieu de terrain et les buts d'Alan Shearer se faisaient rares. Réussite néerlandaise La déception issue du nul inaugural face à la Suisse (1-1) était atténuée par la réussite du buteur du Blackburn Rovers FC. Shearer doublait sa mise personnelle face à l'Ecosse, et Gascoigne marquait aussi (2-0). Le meilleur était à venir : Shearer et Teddy Sheringham marquaient des doublés pour une victoire 4-1 sur les Pays-Bas que le but de Patrick Kluivert qualifiait aux dépens de l'Ecosse. Matches serrés L'Italie, ainsi que les tenants du titre danois, avaient moins de chance. Ils s'inclinaient avant le but en or, qui faisait son apparition. Révélation de la République tchèque, Karel Poborský marquait un lob sublime pour battre le Portugal. C'était l'une des rares grandes envolées. Le but de la victoire de Matthias Sammer pour l'Allemagne, face à la Croatie était éclipsé par le jeu dur. L'Angleterre et la France avaient recours aux tirs au but pour battre l'Espagne et le Pays-Bas respectivement. Eliminés aux tirs au but Ils étaient eux aussi battus lors de cette cruel épilogue. Les Bleus après 120 minutes sans but contre les Tchèques qui retrouvaient la finale pour la première fois depuis la fameuse Panenka. Dans l'autre demi-finale, Shearer marquait pour les Anglais mais Stefan Kuntz lui répondait. Gascoigne passait près du but en or mais Gareth Southgate s'ajoutait à la liste des sujets de sa Gracieuse Majesté éconduits aux tirs au but. Bierhoff le héros 76 000 spectateurs assistaient à la finale dans l'ancien Wembley pour voir l'Allemagne remporter son cinquième trophée européen. Quatre ans après la surprise danoise, Patrik Berger montraient que les outsiders pouvaient prendre l'avantage. Le sélectionneur allemand Berti Vogts lançait alors Oliver Bierhoff et, après avoir égalisé de la tête, il marquait le but en or après quatre minutes dans la prolongation PHASE FINALE (Angleterre) GROUPE A Dans le groupe A, l’Angleterre et les Pays Bas confirment leur statut de favoris en s’adjugeant les deux premières places. Malgré un match nul contre la Suisse (1-1) lors du match d’ouverture, les Anglais méritent amplement leur qualification. L’équipe de Terry Venables domine logiquement les Ecossais (2-0) avec un but splendide de Paul Gascoigne avant de martyriser les Hollandais (4-1). Les coéquipiers de Tony Adams se positionnent comme un sérieux prétendant au titre après cette démonstration et peuvent compter sur le prolifique Alan Shearer (4 buts en poule). De leur coté, les Pays Bas sont en crise avec des conflits au sein de l’équipe. Les Bataves doivent leur qualification à un but salvateur de Patrick Kluivert contre les Anglais (1-4) et le manque d’efficacité des Écossais contre les Suisses (1-0). Angleterre 1-1 Suisse Pays-Bas 0-0 Ecosse Suisse 0-2 Pays-Bas Ecosse 0-2 Angleterre Ecosse 1-0 Suisse Pays-Bas 1-4 Angleterre 1.ANGLETERRE 7 2.PAYS-BAS 4 3.Ecosse 4 4.Suisse 1 GROUPE B Dans le groupe B, la France et l’Espagne éliminent deux nations de l’Europe de l’est, la Bulgarie et la Roumanie. Une contreperformance pour ces deux nations qui bénéficient de belles générations. La Bulgarie de Hristo Stoitchkov a terminé quatrième de la Coupe du Monde 1994 et la Roumanie de Gheoghe Hagi a été battue en quart de finale aux Etats-Unis. La sélection des Carpates déçoit particulièrement avec trois défaites dans cette phase finale Espagne 1-1 Bulgarie Roumanie 0-1 France Bulgarie 1-0 Roumanie France 1-1 Espagne France 3-1 Bulgarie Roumanie 1-2 Espagne 1.FRANCE 7 2.ESPAGNE 5 3.Bulgarie 4 4.Roumanie 0 GROUPE C Dans le groupe C, l’Allemagne et l’Italie sont logiquement favorites et confirment en battant respectivement la République Tchèque et la Russie lors du premier match. Si les Allemands assurent en battant la Russie (3-0) au deuxième match, la Squadra Azzurra chutent en infériorité numérique contre les Tchèques (1-2). Le sélectionneur, Arrigo Sacchi, est critiqué pour avoir fait tourner son effectif pour ce match. Les Italiens doivent obtenir un meilleur résultat que la République Tchèque lors du dernier match. Les coéquipiers de Paolo Maldini tombent sur un grand Andreas Kopke qui stoppe un pénalty de Gianfranco Zola en début de match et reste intraitable face aux assauts italiens en seconde mi-temps. Les Italiens ne profitent pas de leur supériorité numérique et sont éliminés suite au but du Tchèque Vladimir Smicer en fin de partie contre la Russie (3-3). Allemagne 2-0 République Tchèque Italie 2-1 Russie République Tchèque 2-1 Italie Russie 0-3 Allemagne Russie 3-3 République Tchèque Italie 0-0 Allemagne 1.ALLEMAGNE 7 2.REPUBLIQUE TCHEQUE 4 3.Italie 4 4.Russie 1 GROUP D Le dernier groupe est ouvert avec le tenant du titre danois et trois néophytes, la Croatie, le Portugal et la Turquie. L’équipe croate est la plus impressionnante avec notamment le festival de Davor Suker contre le Danemark (3-0 dont un super lob du futur joueur du Real Madrid). Mais, l’équipe de Miroslav Blazevic termine seulement à la deuxième place suite à leur défaite contre le Portugal (0-3) avec une équipe fortement remaniée. La sélection danoise ne réédite pas sa performance de l’Euro 92 malgré un dernier succès contre la Turquie (3-0). Danemark 1-1 Portugal Turquie 0-1 Croatie Portugal 1-0 Turquie Danemark 0-3 Croatie Croatie 0-3 Portugal Danemark 3-0 Turquie 1.PORTUGAL 7 2.CROATIE 6 3.Danemark 4 4.Turquie 0 QUARTS DE FINALE Les quarts de finale sont serrés avec peu de buts. La France sort les Pays Bas aux tirs au but (0-0, 5-4 tab) sur un arrêt de Bernard Lama sur une tentative de Clarence Seedorf. De leur coté, les Anglais souffrent face à l’Espagne et ont également recours aux tirs au but pour écarter la Roja (0-0, 4-2 tab). Le match le plus passionnant est l’opposition entre l’Allemagne et la Croatie. Les Croates bousculent la Mannschaft mais l’expulsion d’Igor Stimac en début de seconde mi-temps permet aux Allemands de s’imposer sur le fil (2-1). L’équipe de Miroslav Blazevic se vengera à la Coupe du Monde 1998 en laminant les Allemands en quart de finale (3-0). Dans le dernier match, les Portugais menés par Luis Figo se font surprendre par les Tchèques sur un splendide lob de Karel Poborsky (1-0). Angleterre 0-0 Espagne [4 tab 2] France 0-0 Pays-Bas [5 tab 4] Allemagne 2-1 Croatie République Tchéque 1-0 Portugal DEMIS-FINALE Les deux demi-finales finissent aux tirs au but. Si le match entre l’Angleterre et l’Allemagne (1-1) est intense et plaisant, l’opposition entre la France et la République Tchèque (0-0) est interminable pour les spectateurs. Les Bleus perdent aux tirs au but avec un raté du Nantais Reynald Pedros. Les Tchèques retrouvent les Allemands en finale. La Mannschaft élimine l’Angleterre à Wembley dans une grande ambiance. Le cinquième but d’Alan Shearer dans la compétition ne suffit pas pour qualifier les Anglais pour la finale tant espérée. République Tchèque 0-0 France [6 tab 5] Allemagne 1-1 Angleterre [6 tab 5] FINALE Après trois finales de Coupe du Monde (1982, 1986 et 1990), l’élimination en quart de finale contre la Bulgarie lors de l’édition de 1994 marque les esprits en Allemagne. L’équipe est jugée vieillissante avec notamment Lothar Matthaus, Andreas Brehme et Rudi Voller. Le sélectionneur Berti Vogts est confirmé dans ses fonctions et décide de ne plus appeler Lothar Matthaus, devenu libéro en fin de carrière. En effet, Le sélectionneur allemand dispose d’un libéro de haut niveau avec Matthias Sammer. Le joueur du Borussia Dortmund est au sommet de sa carrière. Sammer termine meilleur joueur de la compétition et remporte le ballon d’or 1996. Un belle consécration pour cet ancien « Allemand de l’est » qui devance le Brésilien Ronaldo (PSV Eindhoven / FC Barcelone). L’autre joueur clé de la Mannschaft est le portier Andreas Kopke. Le futur marseillais est décisif sur l’ensemble des matches couperets. Les Italiens peuvent témoigner des belles performances du gardien allemand qui a ruiné les espoirs de qualification de la Squadra Azzurra lors du dernier match de la poule (0-0). Mais, le héros de la finale contre la République Tchèque reste Olivier Bierhoff. Berti Vogts a appelé l’attaquant de l’Udinese en février 1996. Remplaçant pendant la compétition, Bierhoff fait basculer la finale avec un doublé dont le but en or lors de la prolongation. Berti Vogts peut se féliciter de son choix. Néanmoins, le renouvellement de génération n’a pas été opéré et la Mannschaft jouera deux tristes phases finales lors de la Coupe du Monde 1998 et l’Euro 2000…avec notamment le retour de Lothar Mathhaus en sélection. Allemagne 2-1 République Tchèque Buteurs : Berger : 0-1 (59e) Bierhoff : 1-1 (73e) Bierhoff 2-1 (95e) Allemagne: Köpke, Sammer, Babbel, Helmer, Strunz, Hässler, Eilts (46' Bode), Scholl (69' Bierhoff), Ziege, Klinsmann, Kuntz. République Tchèque: Kouba, Kadlec, Hornak, Suchoparek, Poborsky (88' Smicer), Nedved, Rada, Berger, Bejbl, Nemec, Kuka. VIDEOS Premier Tour Roumanie 0-1 France http://www.dailymotion.com/video/xysn5y ... ship_sport France 1-1 Espagne http://www.dailymotion.com/video/xyso2l ... ship_sport France 3-1 Bulgarie http://www.dailymotion.com/video/xysove ... ship_sport QUARTS DE FINALE Angleterre 0-0 Espagne [4 tab 2] France 0-0 Pays-Bas [5 tab 4] http://www.dailymotion.com/video/xysq0h ... ship_sport Allemagne 2-1 Croatie http://www.dailymotion.com/video/xysq6k ... ship_sport République Tchéque 1-0 Portugal http://www.dailymotion.com/video/xrnu7v ... 1996_sport DEMIS-FINALE République Tchèque 0-0 France [6 tab 5] http://www.dailymotion.com/video/xysrvi ... ship_sport Allemagne 1-1 Angleterre [6 tab 5] http://www.dailymotion.com/video/xyss39 ... ship_sport FINALE Allemagne 2-1 République Tchèque http://www.dailymotion.com/video/xysnqf ... ship_sport
  3. Histoire Du Championnat D'europe Des Nations

    Championnat d'Europe des Nations 1992 Sorti de la compétition en éliminatoires, le Denmark a été repêché à la dernière heure pour remplacer la Yougoslavie en guerre. C'est ainsi que les Danois sont devenus champions d'Europe en Suède. Tant pis pour la cuisine "Je devais poser une nouvelle cuisine chez moi mais nous avons été appelés pour aller jouer en Suède." Sans détour le sélectionneur danois Richard Møller-Nielsen racontait, peu après le triomphe, comment l'aventure avait commencé. "Maintenant, la cuisine est terminé. Nous avons dû faire appel à un décorateur." Le Danemark avait alors deux semaines pour préparer sa phase finale. Laudrup absent De plus, le meneur de jeu star Michael Laudrup était absent. Il n'était donc guère surprenant que le premier match soit un nul 0-0 contre l'Angleterre et que le deuxième soit une défaite 1-0 devant la Suède de Tomas Brolin et Martin Dahlin. La France entraînée par Michel Platini allait faire la première les frais de cet invité surprise en s'inclinant 2-1 dans le Groupe 1. Le Danemark se qualifiait pour les demi-finales avec la Suède. Bergkamp fait la différence La géopolitique avait influé sur le Groupe 1. Elle se faisait aussi sentir dans le Groupe 2. L'Allemagne arrivait pour la première fois avec un équipe réunifiée et l'URSS s'appelait désormais Communauté des Etats indépendants (CEI). Le Groupe était remporté par les Pays-Bas, détenteurs du titre. Un jeune prodige du nom de Dennis Bergkamp faisait la différence contre la CEI et marquait encore lors de la victoire 3-1 contre l'Allemagne, qui prenait la deuxième place du groupe. Schmeichel sauve Bergkamp levait encore les bras en demi-finale, mais Henrik Larsen le faisait une fois de plus que lui en faveur du Danemark L'égalisation signée Frank Rijkaard en fin de match signifiait la prolongation puis les tirs au but. Un exercice dans lequel Peter Schmeichel stoppait la tentative de Marco van Basten, le héros de 1988. La "Danish Dynamite" était amorcée pour la finale. La gloire à Göteborg Les joueurs de Møller-Nielsen affrontaient alors l'Allemagne de Berti Vogts à Göteborg, après que Karlheinz Riedle eut fait pleurer le pays organisateur (3-2). John Jensen marquait le premier but de la finale après 18 minutes. Kim Vilfort mettait un point final à cette histoire extraordinaire en seconde période alors que Schmeichel se montrait une nouvelle fois providentiel. EURO 1992 en Chiffres QUALIFICATIONS Groupe 1 [France] Groupe 2 [Ecosse] Groupe 3 [uRSS] Groupe 4 [Danemark] Groupe 5 [Allemagne] Groupe 6 [Pays-Bas] Groupe 7 [Angleterre] [suède] : Qualifiée en tant que pays organisateur. PHASE FINALE (Suède) Groupe A(+ Vidéos) Suède 1-1 France http://www.dailymotion.com/video/x3tw36 ... 1992_sport Danemark 0-0 Angleterre http://www.dailymotion.com/video/x3tw3h ... 1992_sport France 0-0 Angleterre http://www.dailymotion.com/video/x3tw3q ... 1992_sport Suède 1-0 Danemark https://www.youtube.com/watch?v=etrTVoROaYk Suède 2-1 Angleterre http://www.dailymotion.com/video/x3tw2g ... 1992_sport France 1-2 Danemark http://www.dailymotion.com/video/x3tw43 ... 1992_sport 1.SUEDE 5 2.DANEMARK 3 3.France 2 4.Angleterre 2 Dans le groupe A, la France et l’Angleterre sont les favoris logiques malgré la présence du pays hôte suédois. Le Danemark est condamné à jouer les faire-valoir dans ce groupe. Mais, dès la première journée, les équipes nordiques accrochent les Français et les Anglais. Les Bleus évitent même la défaite contre les Suédois grâce à une égalisation de Jean-Pierre Papin (1-1). De leur coté, les Anglais, solides en défense, pêchent dans la finition et enchainent un second match nul vierge contre les Français. Les Suédois du portier Thomas Ravelli battent les voisins danois sur un but du prodige Tomas Brolin (1-0). Avant la dernière journée, les deux favoris restent en position de se qualifier. Mais, le début de compétition poussif des deux équipes se confirme. L’équipe de Graham Taylor s’incline contre les Suédois (1-2) malgré l’ouverture du score de David Platt en début de match. La sélection de Michel Platini souffre face aux Danois mais pense avoir fait le plus difficile en égalisant par le canonnier Jean-Pierre Papin. Mais l’attaquant Lards Elstrup envoie son pays en demi-finale d’un plat du pied face à Bruno Martini. Les pays du nord de l’Europe créent donc la surprise dans ce groupe. Groupe B (+ Vidéos) Pays-Bas 1-0 Ecosse https://www.youtube.com/watch?v=dge7L9hG1TI Allemagne 1-1 CEI http://www.dailymotion.com/video/x3tw6k ... 1992_sport Allemagne 2-0 Ecosse http://www.dailymotion.com/video/x3u1mi ... 1992_sport Pays-Bas 0-0 CEI Ecosse 3-0 CEI http://www.dailymotion.com/video/x3u1np ... 1992_sport Pays-Bas 3-1 Allemagne http://www.dailymotion.com/video/x3u1n0 ... 1992_sport 1.PAYS-BAS 5 2.ALLEMAGNE 3 3.Ecosse 2 4.CEI 2 Dans le groupe B, l’Allemagne et les Pays Bas sont logiquement les grands favoris. Les Hollandais l’emportent difficilement contre les Écossais (1-0) grâce à un but de leur nouvelle pépite, Dennis Bergkamp. Les Allemands évitent un revers face à la CEI avec un but à dernière minute de Thomas Hassler. L’équipe de Berti Vogts prend ensuite l’ascendant sur des malheureux écossais (2-0). La CEI continue de jouer les trouble-fêtes en accrochant les Pays Bas (0-0). L’équipe du sélectionneur Anatoli Bychovets est bien parti pour atteindre le dernier carré. Une victoire contre les éliminés écossais leur suffit. Mais, les coéquipiers craquent dès le début de match et les Écossais gagnent un succès de prestige (3-0). Dans l’autre match, les Néerlandais dominent avec la manière les Allemands (3-1) et finissent premiers du groupe. Les deux équipes pourraient logiquement se retrouver en finale. DEMI FINALE (+ Vidéos) ALLEMAGNE 3-2 SUEDE http://www.dailymotion.com/video/x3u2i0 ... 1992_sport DANEMARK 2-2 PAYS - BAS (5 TAB 4) http://www.dailymotion.com/video/x3u2kb ... 1992_sport Les Allemands et les Hollandais abordent les demi-finales avec les faveurs des bookmakers. Dans la première demi-finale, l’Allemagne est au rendez-vous et met fin aux rêves de la Suède en l’emportant 3-2 à Stockholm avec notamment un doublé de Karl-Heinz Riedle. Les Suédois confirmeront deux ans plus tard en terminant troisième de la Coupe du Monde 1994 aux États-Unis. Dans la seconde demi-finale, les Danois débutent en fanfare avec un but d’Henrik Larsen. Dennis Bergkamp égalise pour les « Oranjes » avant que Larsen récidive en première mi-temps (2-1). Il faudra attendre la fin du match pour voir Frank Rijkaard égaliser. Le match se finit au tirs au but avec l’arrêt décisif de Peter Schmeichel sur la frappe de Marco Van Basten. Le meilleur joueur de l’Euro 88 et futur ballon d’or 1992 est donc le héros malheureux de cette demi-finale. FINALE (+Vidéo) DANEMARK 2-0 ALLEMAGNE http://www.dailymotion.com/video/x3u2pb ... 1992_sport Buteurs Jensen : 1-0 (18e) Vilfort : 2-0 (78e) Danemark: Schmeichel, Sivebaek (Christiansen), K. Nielsen, L. Olsen, Piechnik,Christofte, J. Jensen, Vilfort, H. Larsen, Povlsen, B. Laudrup. Allemagne: Illgner, Helmer, Reuter, Kohler, Buchwald, Brehme, Hässler,Sammer (Doll), Effenberg (Thom), Riedle, Klinsmann. Malgré les exploits danois, les Allemands partent confiants pour la finale et s’imaginent déjà réaliser le doublé Coupe du Monde et Euro. Une victoire serait symbolique pour la toute nouvelle Allemagne réunifiée. Mais l’équipe de Richard Moller Nielsen continue d’épater leurs fabuleux supporters. Deux frappes de Jensen et Vilfort mettent l’Allemagne à terre. Peter Schmeichel reste intraitable sur sa ligne notamment face à Jurgen Klinsmann. Les Danois créent donc la plus grande surprise du Championnat d’Europe des Nations. Invité surprise de l’Euro, le Danemark n’a pas volé son titre de Champion d’Europe en éliminant successivement les trois favoris de la compétition : la France en poule, les Pays-Bas en demi-finale et l’Allemagne en finale. Pourtant, les Danois apprennent leur participation à l’Euro moins de deux semaines avant le début de la compétition. Et les Danois sont privés de leur meilleur joueur, Michael Laudrup. Le joueur du Barça est en froid avec son sélectionneur et n’a pas souhaité participer à cette phase finale. Mais, Moller Nielsen peut compter sur le petit frère de la vedette, Brian Laudrup. Le joueur du Bayern Munich réalise une grande compétition et figure dans l’équipe du tournoi. Malheureusement, sa carrière n’atteindra pas les sommets espérés. L’autre satisfaction offensive est Henrik Larsen, meilleur buteur de la compétition avec trois buts. L’attaquant a marqué le but décisif contre la France (2-1) et un doublé contre les Pays-Bas en demi-finale (2-2). Le joueur de Pise connait son moment de gloire en sélection (cinq buts en 39 sélections). Mais, le grand artisan du succès danois reste le portier de Manchester United, Peter Schmeichel. Le gardien impressionne lors de la demi-finale face aux Bataves et écœure les attaquants allemands en finale. L’avenir sera moins rose pour les surprenants vikings. Les Danois échouent lors des qualifications de la Coupe du Monde 1994 et ne parviennent pas à sortir de la poule lors de l’Euro 96 en Angleterre. Ils gagneront tout de même un autre trophée avec la Coupe des Confédérations en 1995 en disposant de l’Argentine en finale (2-0).
  4. Histoire Du Championnat D'europe Des Nations

    Championnat d'Europe des Nations 1988 Après une élimination douloureuse en 1984, la RFA accueillait enfin le Championnat d'Europe de l'UEFA en 1988, et tenait à réaliser un meilleur tournoi que quatre ans auparavant. La RFA en force Franz Beckenbauer était à la tête de l'équipe, et nombreux sont ceux qui pensaient que son équipe allait tout écraser sur son passage après avoir atteint une deuxième finale de Coupe du Monde de la FIFA consécutive deux ans auparavant. La RFA semblait encore plus forte, avec des jeunes joueurs comme Jürgen Klinsmann, Jürgen Kohler et Thomas Berthold, en plus de Rudi Völler qui affichait de nouveau une très belle forme. Des Italiens prometteurs La France, pourtant tenante du titre, n'était pas parvenue à se qualifier, et l'Italie semblait être la seule équipe capable de venir gêner l'Allemagne. C'est exactement ce que la jeune génération italienne des Paolo Maldini et Gianluca Vialli parvenait à faire lors du premier match du Groupe 1. Ces deux équipes visant le titre se quittaient sur un match nul 1-1 avant de battre le Danemark et l'Espagne. Mais une meilleure différence de buts plaçait l'Allemagne devant l'Italie. De bons Irlandais Le Groupe 2 incluait une équipe d'Angleterre impressionnante lors des éliminatoires, mais les Anglais débutaient mal la compétition, défaits 1-0 par la République d'Irlande de Jack Charlton. En fin de compte, ces deux équipes étaient devancées par l'Union soviétique et les Pays-Bas qui se qualifiaient pour les demi-finales. Les Irlandais passaient cependant tout près de la qualification face aux Pays-Bas qui s'imposaient à huit minutes de la fin. Un trio de talent C'est une frappe détournée de Wim Kieft qui faisait la différence lors de ce match, mais les vraies stars de l'équipe de Rinus Michels étaient le trio de l'AC Milan Frank Rijkaard, Ruud Gullit et Marco van Basten. Encore sur le banc lors de la défaite 1-0 face à l'URSS en phase de groupes, Van Basten était particulièrement inspiré lors des autres matches des Néerlandais, inscrivant même un triplé face à l'Angleterre (3-1). Sensation à Hambourg Les Soviétiques s'imposaient sur le même score face aux Anglais, puis enfonçaient les Italiens en demi-finale (2-0) grâce au buteur Oleg Protassov. Mais la vraie sensation du tournoi se produisait à Hambourg, où les Pays-Bas battaient le voisin allemand pour la première fois depuis 32 ans, malgré l'ouverture du score de Lothar Matthäus sur penalty. Ronald Koeman égalisait sur penalty et Van Basten convertissait une dernière occasion pour venger la défaite en finale de la Coupe du Monde de la FIFA 1974 et qualifier son pays pour la finale face à l'URSS. Chef d'œuvre Près de 60 % de la population des Pays-Bas assistait à la victoire de leurs héros en finale, là où les rois du football total des années 70 avaient échoué. Facilement reconnaissable grâce à ses dreadlocks, Gullit ouvrait le score de la tête avant qu'un véritable chef d'œuvre ne vienne sceller le score. Sur un centre d'Arnold Mühren, Van Basten, dans un angle impossible, marquait d'une magistrale volée acrobatique qui trompait le gardien Rinat Dasaev au second poteau. Hans van Breukelen stoppait ensuite un penalty, et c'est ainsi que ce fabuleux deuxième but restera toujours dans les mémoires. EURO 1988 en Chiffres QUALIFICATION RFA qualifié en tant que pays organisateur. Groupe 1 : ESPAGNE Groupe 2 : ITALIE Groupe 3 : URSS (France 3 ème) Groupe 4 : ANGLETERRE Groupe 5 : PAYS BAS Groupe 6 : DANEMARK Groupe 7 : IRLANDE PHASE FINALE (Allemagne) Groupe 1 + Vidéos RFA 1-1 Italie http://www.dailymotion.com/video/xyq5ws ... ship_sport Danemark 2-3 Espagne http://www.dailymotion.com/video/xyq668 ... ship_sport RFA 2-0 Danemark http://www.dailymotion.com/video/xyq6f9 ... ship_sport Italie 1-0 Espagne http://www.dailymotion.com/video/xmqvt9 ... o-88_sport RFA 2-0 Espagne http://www.dailymotion.com/video/xyr2ss ... ship_sport Italie 2-0 Danemark http://www.dailymotion.com/video/xmzdfl ... o-88_sport 1.RFA 5 2.ITALIE 5 3.Espagne 2 4.Danemark 0 Groupe 2 + Vidéos Angleterre 0-1 Irlande http://www.dailymotion.com/video/xyq68r ... ship_sport Pays-Bas 0-1 URSS http://www.dailymotion.com/video/xyq6ad ... ship_sport Angleterre 1-3 Pays-Bas http://www.dailymotion.com/video/xyq6la ... ship_sport Irlande 1-1 URSS http://www.dailymotion.com/video/xyq6p9 ... ship_sport Angleterre 1-3 URSS http://www.dailymotion.com/video/xyr30d ... ship_sport Irlande 0-1 Pays-Bas http://www.dailymotion.com/video/xyr2ux ... ship_sport 1.URSS 5 2.PAYS-BAS 4 3.Irlande 3 4.Angleterre 0 DEMI FINALE + Vidéos PAYS BAS 2-1 RFA http://www.dailymotion.com/video/xyr38z ... ship_sport URSS 2-0 ITALIE + Vidéos http://www.dailymotion.com/video/xn2lyh ... o-88_sport FINALE + Vidéos PAYS BAS 2-0 URSS http://www.dailymotion.com/video/x1799f ... 1988_sport Buteurs : Gullit : 1-0 (33e) Van BAsten : 2-1 (54e) Pays-Bas: Van Breukelen, Van Aerle, Rijkaard, R.Koeman, Van Tiggelen, Vanenburg, Wouters, A.Mühren, E.Koeman, Gullit, Van Basten URSS: Dasaev, Khidiatulin, Demianenko, Litovchenko, Aleinikov, Zavarov, Gotsmanov (69' Baltacha), Mikhailichenko, Rats, Protasov (72' Pasulko), Belanov Les Pays-Bas sont de retour à l'Olympiastadion de Münich quatorze ans après leur échec en finale de la coupe du Monde 1974. Une belle manière d'exorciser les vieux démons et les mauvais souvenirs qui hantent encore l'esprit des supporters de la Oranje. Cependant, au contraire de leurs prédécesseurs qui dominèrent le tournoi mondial de la tête et des pieds avec leur football total, l'équipe néerlandaise de 1988, moins spectaculaire sur le pré, privilégie l'efficacité et le résultat au beau jeu. Une option tactique qui porte enfin ses fruits pour une sélection nationale sevrée de trophées dans une compétition majeure. Presque un paradoxe au vu du palmarès des clubs bataves dans les coupes européennes grâce aux succès de Feyenoord, Ajax et encore PSV Eindhoven depuis le début des années 70. Pour arriver en finale, les hommes de Rinus Michels doivent d'abord batailler ferme lors du premier tour. La Hollande tombe en effet dans un groupe relevé avec l'URSS et l'Angleterre comme principaux rivaux, la République d'Irlande faisant office de petit poucet pour le coup. Opposée à l'Union Soviétique pour son entrée dans le tournoi, la Oranje subit sur le terrain la loi de l'équipe de l'Est dirigée par Valery Lobanovsky, apôtre d'un jeu moderne justement inspiré par la Hollande de 74 que les spécialistes désignent comme le football de l'an 2000. Battue (0-1) - un but de Rats en seconde période - la sélection néerlandaise est déjà dos au mur lorsqu'elle doit affronter l'Angleterre au match suivant. Un adversaire dans la même situation qu'elle puisque défaite dans le même temps, à la surprise générale, par son rival irlandais. Malheur au vaincu. Au Rheinstadion de Düsseldorf, Marco van Basten élimine tout seul une pâle équipe anglaise. Un hat-trick et une victoire (3-1) qui remet la Oranje sur les bons rails avant d'affronter l'Irlande qui vient de tenir en échec l'URSS géant. La qualification, à la veille du dernier match décisif, se joue entre ces trois pays. De son côté, l'URSS enfonce l'Angleterre dans la médiocrité (3-1) et s'assure la première place de sa poule. Mais qui de l'Eire ou des Pays-Bas pour l'accompagner dans le dernier carré ? Dans un match tendu et fermé, Hollandais et Irlandais se neutralisent durant toute la rencontre - Jacky Charlton a mis au point une tactique pour endiguer les attaques de son rival et assurer le point d'avance sur son adversaire au coup d'envoi - jusqu'à la 82ème minute. Le moment choisi par Wim Kieft pour dévier de la tête une reprise anodine de Ronald Koeman. La Hollande se qualifie sur le fil et par hasard pour la demi-finale. Une rencontre sur fond de rivalités historique et sportive avec l'Allemagne. La RFA est en face. Théâtre de cette lutte fratricide, le Volksparkstadion de Hambourg fait le plein pour l'occasion. Un match marqué par une histoire de pénalties en seconde période, Ronald Koeman répondant à Matthäus, et tourne en faveur des Hollandais en fin de partie. Van Basten délivre son pays à deux minutes du terme de la rencontre, au bout du suspense, et venge du même coup les idoles de sa jeunesse. La formation de Rinus Michels est bien partie pour ramener, enfin, un premier titre à nation orange. Pour cela, il faut sauter l'obstacle soviétique en finale. Pas une mince affaire si l'on se réfère au match précédent entre les deux équipes une dizaine de jours plus tôt. Mais la vérité d'un jour est-elle nécessairement celle du lendemain ? D'autant que côté soviétique, Lobanosvsky doit faire avec les absences de deux titulaires indispensables: Bessonov et Kouznetsov. Puis 25.000 Hollandais ont envahi les gradins du stade Olympique de Münich pour ajouter un peu plus de pression, et provoquer un climat hostile quand ces derniers se mettent à siffler l'hymne de l'URSS. Sans doute par peur. A raison d'ailleurs, les Soviétiques sont les premiers en action au coup d'envoi. Litovchenko sollicite Van Breukelen par deux fois. Sans conséquence. La Hollande joue sur un faux rythme et répond par des actions arrêtées, comme ce coup-franc de Gullit à la demi-heure de jeu qui oblige Dassaev à une superbe parade. C'est d'ailleurs le n°10 rasta qui décoince la partie quelques minutes plus tard en ouvrant le score de la tête, oublié par le bloc défensif de l'Est dans la surface. L'URSS est KO juste avant la mi-temps, et tarde à appuyer sur l'accélérateur à la sortie des vestiaires. Ce qui profite à Michels et ses hommes avant l'heure de jeu. Une montée de Van Tiggelen qui donne à Muhren, lequel sans contrôle change d'aile... dans les pieds de Van Basten, excentré dans la surface de Dassev, qui reprend du droit et lobe le gardien soviétique. Un but venu de nulle part qui permet à la Hollande de faire le break. Un coup de massue sur la tête des joueurs de Lobanovsky qui tentent cependant de renverser la situation. Surtout avec ce diable de Belanov qui trouve d'abord le poteau avant de rater un pénalty consécutif à une faute de Van Breukelen sur Gotsmanov. Le ballon d'or 1986 n'est pas dans un bon jour et c'est l'URSS qui boîte alors jusqu'au coup de sifflet final. L'Euro 88 désigne son vainqueur: les Pays-Bas. Pas la meilleure formation du tournoi, ni la meilleure équipe hollandaise au regard des précédentes, mais la plus opportuniste, laquelle a su prendre date avec un grand rendez-vous. Il était temps.
  5. Histoire Du Championnat D'europe Des Nations

    FRANCE 1/0 DANEMARK : 12 Juin 1984 http://www.dailymotion.com/video/xulvd4_platini-1984-france-danemark-but_sport L'entraîneur du Danemark Sepp Piontek a su faire la synthèse de tous les éléments en sa possession, s'appuyant sur les qualités traditionnelles des footballeurs danois mais apportant une organisation de jeu très souple et encourageant l'improvisation sur le terrain. « Le footballeur doit être un créateur dans son expression personnelle et, si possible, dans son expression collective, dit Piontek. Il doit trouver du plaisir à jouer, être heureux. Je ne veux .pas de joueur triste dans mon équipe. » 11 a même ajouté - ce qui, dans la bouche d'un Allemand,ancien international au poste d'arrière et réputé pour son « intransigeance », est proprement sidérant -ces mots d'un autre temps : « Nous venons en France pour tenter de retrouver le football comme le jouent les enfants : un jeu vivant et sans contraintes. » Jouer, les Français n'ont rien contre. Eux-mêmes apôtres d'un jeu libéré, surnommés les Brésiliens de l'Europe depuis leurs exploits du Mondial, ils préfèrent infiniment le fleuret à la masse d'armes. Mais, le 12 juin 1984 au Parc des Princes, il ne s'agit pas tout à fait d'un jeu pour enfants épris de liberté. D'abord, Piontek a confié à Berggreen (l'attaquant de Pisé) le soin de neutraliser Platini en marquage individuel, en lui demandant de prendre tous ses outils. Ensuite, il a disposé ses hommes en quinconce, triple nœud, double croche avec un libero, deux stoppeurs et cinq milieux de terrain. Enfin, et peut-être n'en a-t-il pas eu besoin, il a libéré le tempérament de ses hommes pour une généreuse expression athlétique. Pendant une heure, la formidable présence des Danois, leur efficacité dans les tacles, leur glu défensive dans les regroupements instantanés à six ou sept joueurs, leur pressing infernal assorti de fautes souvent ignorées par l'arbitre allemand M. Roth, posent d'énormes problèmes à l'équipe de France. C'est dans cette période incertaine, juste avant la mi-temps, que le petit lutin Simonsen, génie du jeu éclairé, s'engage à fond dans une opération commando sur un menhir breton. Il en ressort, le pauvre, avec un tibia fracturé tandis que son opposant Le Roux entame peut-être dès cet instant la résistance d'un genou qui cédera en deuxième mi-temps et entraînera l'entrée de Domergue (60e) à son poste de stoppeur. Sans exprimer la souveraineté et le rayonnement dont on l'en estime capable, l'équipe de France s'adapte à la situation et se rénove tactiquement, Michel Platini montant plus fréquemment en pointe, et Alain Giresse le relayant dans le rôle de meneur de jeu. Dans le même temps, l'équipe du Danemark semble se dérégler, assommée par l'accident de Simonsen ou trahie par ses forces athlétiques ? A la 77e minute, Tigana alerte Giresse dont le tir est repoussé par un défenseur alors que Qvist s'est jeté sur la trajectoire supposée du ballon. Platini est là qui, du pied droit, sans fioritures, expédie un trait victorieux dévié au passage par la tête de Busk. Un immense cri de délivrance traverse le Parc car, ce but salvateur, ce but si chargé de promesses, il a fallu pour l'arracher aux Danois « beaucoup plus que de l'habileté et du talent, une formidable énergie, un don total de soi et une faculté exceptionnelle d'adaptation aux données terribles de ce match sans pitié » . Malheureusement, dans le feu d'un final exacerbé par la passion et au bout d'une belle poussée offensive. Manuel Amoros se venge de deux agressions sur sa personne en jetant son front sur le nez de Jesper Olsen. Le carton rouge (justifié) signifie pour lui trois matches de suspension et, pour Hidalgo, un souci imprévu car, en ajoutant la blessure de Le Roux à cette stupidité, cela fait deux défenseurs français sur six au tapis. De cette terrible empoignade jugée excessive par les observateurs, les Tricolores ne gardent aucune amertume. « Ce n'est pas notre arme principale, dit par exemple Giresse, mais, finalement, nous pouvons nous imposer d'une façon athlétique quand les circonstances l'exigent. » Ce qui fait sourire Platini lequel a toujours dit, à propos du pressing, qu'il coûtait beaucoup en dépense nerveuse et athlétique si l'on entendait en faire une arme pendant quatre-vingt-dix minutes. « Les Danois ne pouvaient pas jouer deux mi-temps sur le rythme de la première, complète Hidalgo. Nous devions fatalement trouver en fin de match les espaces dont nous avions été privés pendant une heure.» Indépendamment de cela, Michel Platini met le doigt sur un problème tout à fait réel en disant : « Je ne sais pas pourquoi mais j'ai eu l'impression que les tricolores de Bordeaux. Tigana, Giresse, Lacombe et Basttiston avaient tendance à jouer entre eux. Il s'agit sans doute d'un réflexe de championnat, d'un mécanisme ou d'un automatisme... » Le sélectionneur l'a remarqué lui aussi : « Nous avons mis Platini hors jeu, au sens propre du terme. Or, c'est l'inverse qu'il fallait faire. » Aucune polémique ne naîtra de cette bavure conjoncturelle aussitôt analysée, aussitôt rectifiée FRANCE 5/0 BELGIQUE : 16 Juin 1984 http://www.dailymotion.com/video/x1m6g2z_retro-euro-84-france-belgique-alain-giresse-ep-2_sport Pour affronter ces redoutables Belges et leur Scifo ciseleur, le 16 juin 1984 à Nantes, Michel Hidalgo a beaucoup cogité, laissant entendre que « selon le dispositif adopté par l'équipe de Thys, l'équipe de France sera peut-être amenée à revoir le sien et à montrer qu'elle aussi sait faire plus d'une chose. » De toute façon, le sélectionneur français se trouve placé face à des choix importants, les défections de Le Roux et Amoros modifiant sensiblement les prévisions. Ce n'est pas tellement cela qui chagrine Hidalgo, les choix. Il avait inventé en Espagne, souvenez-vous en, le « milieu de terrain à quatre n°10. » Cette fois-ci et compte tenu du fait que la Belgique joue avec deux attaquants, le renard tacticien choisit une sorte de 3-5-2 déguisé sous l'habit de 4-4-2. Fernandez, arrière droit théorique au côté du trio Bossis, Battiston, Domergue, est chargé de bloquer Vercauteren sur le flanc droit et de s'intégrer systématiquement au milieu de terrain où l'on retrouve le quatuor Tigana, Genghini, Giresse, Platini. Domergue s'occupe de Claesen, et Bossis et Battiston se relaient au centre pour prendre Vandenbergh ou couvrir. Six remplace Bellone en attaque au côté de Lacombe mais sa mission est d'occuper altermativement les deux ailes. Dans cette improvisation totale et risquée, les Tricolores vivent l'un des matches les plus enchanteurs de leur histoire sinon le plus brillant, faisant « voler le ballon comme papillon » et, sous un chaud soleil d'été, s'élevant au-dessus de toutes les contingences habituelles aux footballeurs, l'adresse, la maîtrise collective, le rythme, l'efficacité. Un « football de source » extraordinairement désaltérant après la petite guerre contre le Danemark et un formidable spectacle marqué par quatre records : septième match d'affilée de Bats et des Tricolores sans encaisser un but, 5-0 sur la Belgique, trois buts et premier triplé en bleu pour Platini, trente buts au total pour l'artiste en équipe de France, Fontaine battu. Les Belges commettent sans doute l'erreur de trop croire en leurs propres forces et en leur capacité d'adaptation. Ils devraient savoir qu'on ne laisse pas impunément l'équipe de France et Platini s'envoler dans l'espace et le temps, se griser de leurs rêveries et atteindre la perfection qu'ils recherchent. Mais peut-être leur nette victoire sur la Yougoslavie leur est-elle montée à la tête ! Peut-être pensent-ils pouvoir rivaliser balle pour balle et but pour but avec leurs adversaires sublimés ! Le jeune Scifo, qui a gentiment avoué son admiration pour Platini et son désir de le rejoindre un jour dans la plénitude de son jeu, est aux premières loges pour prendre la leçon. A la 3e minute, un coup franc est donné aux Français, dans l'axe, à vingt mètres, pour une faute sur Platini. Celui-ci fait une petite passe à Battiston dont la balle, frappée avec la force de la sidérurgie lorraine, l'ancienne, explose sur la barre transversale et revient vers l'entrée de la surface de réparation. Déjà lancé vers le point de chute, Platini arrive le premier, la contrôle et d'une frappe violente du pied gauche l'enfile au ras du poteau de Pfaff. A la 33e minute, Tigana, emmené par ses échasses tricoteuses, effectue un double une-deux avec Giresse lequel voit poindre vers lui un train express nommé Pfaff : balle piquée de « Gigi », 2-0 pour les Français et extinction des feux du côté belge. Car il est des situations irréversibles. « A 2-0, avec cette chaleur, face à une équipe affichant une telle maîtrise technique et collective, il était pratiquement impossible aux Belges d'espérer quoi que ce soit », observera Daniel Jeandupeux, l'entraineur helvétique du Toulouse F.C. Une minute avant la mi-temps, Luis Fernandez déclenche un nouveau mouvement offensif en direction de Didier Six qui a pris la voie de droite. La sortie de Pfaff oblige le Mulhousien, déporté vers la ligne de but, à centrer au deuxième poteau sur la tête de Giresse lequel, aussitôt, renverse la vapeur sur Fernandez accouru à toutes jambes. Sans opposition, et pour cause, car la défense belge a attrapé le torticolis sur ce coup-là, le demi parisien ajuste une reprise du chef violente, précise et victorieuse. Ce qui fait 3-0 avant d'aller déguster les citrons et ne laisse vraiment aucun doute sur l'issue de la rencontre. La deuxième mi-temps pourrait être plus ou moins bâclée. Elle ne le sera pas par la volonté des deux équipes, l'une désireuse de montrer qu'elle mériterait mieux, l'autre décidée à parfaire sa démonstration. Mais la solidité, la valeur foncière, l'esprit collectif et la richesse offensive de l'équipe de France sont tels que deux nouveaux buts s'ajoutent à l'addition tricolore. Deux buts de Platini, l'un sur penalty pour faute de Pfaff contre Six , l'autre de la tête sur coup franc . « L'Europe sous le charme... le Français tel qu'on le joue... Pincez-nous, on rêve... Une équipe nommée euphorie... » sont les titres d'une presse sportive elle aussi sous le charme. FRANCE 3/2 YOUGOSLAVIE : 19 Juin 1984 http://www.dailymotion.com/video/x1trc9y_retro-euro-84-france-yougoslavie-michel-platini-ep-3_sport Les débuts difficiles face au Danemark (1-0) sont vite gommés par la triomphale marche nantaise contre la Belgique (5-0). Et ce 19 juin 1984, pour son ultime match de premier tour, les Bleus accueillent une valeureuse équipe yougoslave dans un Chaudron archi-comble qui va assister à un récital de Michel Platini. Michel Platini, le joueur emblématique de la sélection, déjà auteur du but contre les Scandinaves et d’un triplé contre les coéquipiers d’Enzo Scifo, est alors au fait de son talent. Geoffroy Guichard a été, pendant ses années vertes, l’écrin qui a vu le diamant se polir pour devenir le meilleur joueur de la planète. Ce soir-là, le mythique stade se transforme en scène de représentation planétaire pour ce meneur de jeu hors du commun. Lorsque l’arbitre Suisse, M. Daina, donne le coup d’envoi de ce match, tout le monde pense que les Bleus ne feront qu’une bouchée de malheureux Yougoslaves ne comptant aucun point au compteur après leurs deux premiers matches. Mais les hommes des Balkans ne sont pas du genre à se laisser marcher dessus. Ils ont pris une raclée face au Danemark (5-0), ils ne tendront pas l'autre joue. Michel Hidalgo, le sélectionneur français, utilise en début de match le même système défensif que lors de la rencontre précédente, mais fait rentrer Ferreri comme faux ailier gauche, ce qui oblige Platini a tenir un rôle plus défensif qu’à l’accoutumée au milieu de terrain. Les coéquipiers de Susic profitent de ce jeu contre nature des Bleus pour ouvrir le score à la 31e minute par Sestic. Le Chaudron pousse alors pour que l’équipe de France revienne au score, mais rien n’y fait. La pause est sifflée sur ce score frustrant. Le match n'a pas atteint les sommets. Pas encore. En seconde mi-temps, Hidalgo décide de considérablement modifier son schéma de jeu: Battiston devient arrière droit, Domergue stoppeur, Tusseau arrière gauche, Fernandez avance dans l’entrejeu à gauche, Platini monte en pointe, Ferreri devient faux ailier droit et Dominique Rocheteau, l’ange vert, fait son entrée. Ce nouveau dispositif ne tarde pas à faire ses preuves. A la 59e minute, le festival commence: sur une ouverture de la droite de Ferreri, le seul ligérien sur la pelouse, Platini égalise d’un tir du gauche aux six mètres. Deux minutes plus tard, suite à un nouveau centre de la droite de son pote Battiston cette fois ci, Platoche marque d’une splendide et rageuse tête plongeante à dix mètres du but d’un Simovic impuissant. Il peut alors lever un point rageur en direction du kop nord, geste qui lui était si familier par le passé. Mais il était dit que la légende et la virtuosité du plus grand joueur français de tous les temps ne pouvaient opérer sans le rituel sacré de la mise à l’agonie du gardien adverse sur coup franc, qui plus est sur un terrain où il avait déjà réussi de nombreuses fois cet exercice par le passé. Ainsi, à la 76e minute, le meneur des Bleus marque sur coup franc direct aux 18 mètres dans l’axe, d’un tir brossé du droit qui lobe le mur adverse. Un coup franc dont il a le secret et qui porte déjà son nom. Pied gauche, tête, pied droit, le hattrick parfait. Tout l’arsenal du buteur y est passé l’espace d’un soir teinté de nostalgie à Geoffroy-Guichard, démontrant ainsi à la face du monde l’étendue de son immense talent. Le Chaudron est en transe, exhibant encore une fois son caractère unique et honorant l’un de ses anciens magiciens. A 3-1 la messe est dite et la réduction du score par Dragan Stojkovic à la 80e minute sur pénalty (arrêté par Bats mais donné à retirer pour une raison obscure) ne change pas le majestueux destin de l’équipe de France durant cet Euro. Avec ce succès 3-2, les Bleus réalisent le grand chelem en phase éliminatoire et peuvent aborder leur demi-finale contre le Portugal sereinement. Un autre match de légende, prévu à Marseille Demie Finale - FRANCE 3/2 PORTUGAL (AP) : 23 Juin 1984 http://www.dailymotion.com/video/x35nvt2_france-3-2-portugal-euro-1984-google-chrome_sport En demi-finale de l’Euro 1984, l’équipe de France est opposée au Portugal au Stade Vélodrome. Jamais la France n’a réussi à aller plus loin que le dernier carré, que ce soit en coupe du Monde ou à l’Euro. La pression est à son comble. Les hommes de Michel Hidalgo, porté par un Michel Platini de gala, croient en leur étoile. Déjà, les images traumatisantes du mondial 1982 resurgissent la mémoire des supporters. À Séville, les Bleus avaient été éliminés à ce même stade de la compétition alors que tout semblait leur sourire jusque-là. Ce n’est pas tant la défaite qui est restée dans les mémoires que le choc involontaire entre le gardien de la RFA, Schumacher, et Patrick Battiston. Deux ans plus tard, les Bleus viennent réclamer leur dû. Pourtant, face à eux, les Portugais ne vont pas se laisser faire. Ils vont tenir la dragée haute aux Français et les pousser dans leurs retranchemants. Cette rencontre va révéler aux yeux de la France le latéral gauche de Toulouse, relativement discret jusque-là, Jean-François Domergue. Le Portugal a terminé premier ex aequo du groupe B, avec 4 points. Comme l’Espagne, les hommes de Fernando Cabrita n’ont gagné qu’une seule rencontre et ont fait deux matchs nuls. Ils ont battu la Roumanie (1-0) après avoir fait match nul contre la RFA (0-0) et l’Espagne (1-1). À la différence de la France qui a gagné ses trois matchs de poule, la formation lusitanienne est loin d’être souveraine. Pour cette demi-finale, Hidalgo a titularisé Jean-François Domergue au poste de latéral gauche. Le Toulousain remplace Manuel Amoros, suspendu après avoir agressé un Danois lors du premier match de poule. Didier Six a été préféré en attaque à Bruno Bellone. Pour le reste, c’est du classique : Bats dans les buts, Battiston, Bossis et Le Roux en défense. Fernandez, Tigana et Platini sont au milieu et l’attaque est composée de Giresse et Lacombe Le match commence idéalement pour les Bleus. À la vingt-cinquième minute, ils ouvrent le score grâce à Jean-François Domergue. À la suite d’une faute portugaise, les Français bénéficient d’un coup franc aux vingt mètres. Platini se place devant le ballon. Manuel Bento, le gardien portugais place son mur et se prépare à plonger sur la gauche, car Platini a l’habitude de frapper ses coups francs en contournant le mur. Au coup de sifflet, Platini fait mine de tirer. Bento se déplace sur sa gauche, mais, manque de chance… c’est Domergue qui s’élance et place un tir imparable dans l’espace laissé libre entre le poteau et le mur, à droite de Bento. Les Portugais arrachent toutefois l’égalisation en fin de match. Cabrita tente le tout pour le tout en faisant rentrer Néné et Fernando Gomès. Il veut apporter de la vivacité en attaque. Les Portugais pressent et croient en leur chance. À dix minutes de la fin de la rencontre, Chalana, de la gauche, centre dans la boîte pour Jordao qui trompe Joël Bats de la tête. Tout est à refaire pour la France. Lors de la prolongation, c’est le Portugal qui va prendre l’avantage. Sur un débordement rageur du latéral droit Eurico Gomes, ce dernier centre au deuxième poteau à destination de Jordao qui place une somptueuse volée dans la lucarne de Joël Bats. Les Bleus sont au fond du trou et il leur reste moins de vingt minutes pour réagir. À cinq minutes de la fin de la prolongation, Jean-François Domergue va encore se mettre en évidence. Au cours d’une action confuse dans la surface de réparation portugaise, le colosse de Plouvorn Yvon Leroux récupère la balle et frappe en pivot. Le ballon est contré par un Portugais, mais atterrit dans les pieds de Platini. Le Mosellan se retourne, tente d’effacer son vis-à-vis, mais est accroché. Le ballon file sur la droite. Domergue, qui arrive lancé à toute vitesse, fusille Bento. Les Bleus sont revenus de l’enfer. Derrière les buts, les supporters se lèvent et exultent. À une minute de la fin de la prolongation, alors que l’on se dirige vers les tirs au but, Platini va libérer les Bleus. Une passe de Tigana, contrée par un portugais, file vers la ligne des six mètres. Le Bordelais s’arrache et arrive à centrer en catastrophe vers Platini qui n’a aucun mal à mettre le ballon au fond. Pour la première fois de leur histoire, les Bleus accèdent en finale d’une compétition internationale. Leur légende est en marche. Finale - FRANCE 2/0 ESPAGNE : 27 Juin 1984 http://www.dailymotion.com/video/x40dl4l_hd-27-06-1984-uefa-euro-1984-final-match-france-2-0-spain-fransa-2-0-ispanya_sport La sélection tricolore est emmenée par Michel Platini, déjà auteur de huit buts en cinq matchs dans cet Euro. Le deuxième meilleur buteur de la compétition, Franck Arnesen, émarge alors à trois réalisations. Le natif de Jœuf porte littéralement les siens sur ses épaules. Avec une équipe dans laquelle figure Joël Bats, Jean Tigana, Luis Fernandez, Alain Giresse et Bernard Lacombe, les Bleus se présentent face aux Espagnols de Miguel Muñoz dans les meilleures dispositions. Pour les deux équipes, il s’agit de leur première confrontation en compétition officielle. Les Français ont jusque là un bilan plutôt défavorable : 4 victoires, 10 défaites et 5 matchs nuls. Mais, un certain 27 juin 1984 au parc des Princes, les hommes de Michel Hidalgo ont rendez-vous avec leur destin. Alors que la France accède à la finale d’une compétition majeur pour la première fois de son histoire, les joueurs et le public ont encore le goût amer de élimination des Bleus en demi-finale de la Coupe du Monde 82. L’agression du gardien de la RFA, Harald Schumacher, sur le pauvre Patrick Battiston est dans toute les têtes. Pour le peuple de France, l’heure de la revanche a sonné. L’Espagne s’est péniblement sortie du groupe B. Grâce à un but de Maceda face à la RFA, dans les ultimes minutes du dernier match de poules, la Roja a coiffé l’Allemagne de l’Ouest au poteau et a rejoint les demi-finales en compagnie du Portugal. Dans le dernier carré, elle a écarté le Danemark aux tirs au but. Les Espagnols ne pratiquent pas encore le jeu léché à une touche de balle qu’on lui connaît à l’heure actuelle. C’est une équipe qui a l’habitude des matchs au cordeau. En première mi-temps, le match est rugueux. Plus qu’un duel tactique, c’est une bataille physique que se livrent les deux équipes. Aucune des deux sélections ne réussit à se mettre en évidence. À la mi-temps, les deux équipes sont dos à dos et la France commence à être nerveuse. L’Espagne est arrivée en finale en grande partie grâce à Arconada, son gardien de but. C’est le meilleur gardien de la compétition. Contre le Danemark, il a été l’auteur d’une double parade exceptionnelle en fin de prolongation, alors que les deux sélections étaient à égalité (1-1). C’est lui qui a offert à l’Espagne la séance de tirs au but à l’issue de laquelle elle s’est qualifiée pour la finale. Flamboyants jusque là, les Bleus commencent à douter alors que débute le deuxième acte de cette finale. Mais le destin s’en mêle. Un peu avant l’heure de jeu, Michel Platini bénéficie d’un coup franc à la limite des seize mètres, légèrement excentré sur la gauche. Le duel Platini-Arconada est resté dans les annales du football. Platini tire parfaitement son coup franc, Arconada le bloque… puis relâche la balle dans son but. La France mène 1-0. La suite de la rencontre n’est pas de tout repos. L’Espagne pousse, mais n’arrive pas à prendre Joël Bats à revers. À cinq minutes de la fin du match, le colosse de Plouvorn, Yvan Le Roux, est expulsé pour un deuxième carton rouge. Lacombe fait les frais de l’expulsion et est remplacé par Genghini. Hidalgo cherche à bétonner son milieu de terrain pour éviter de prendre un but. Grâce à un lob victorieux de Bruno Bellone dans les arrêts de jeu de la rencontre, les Français font le break et scellent leur destin. Quelques secondes plus tard, le coup de sifflet de l’arbitre met fin au calvaire des espagnols. Les joueurs peuvent lever les bras au ciel. La France est championne d’Europe de football. Le pauvre Araconda a été le héros malheureux de cette finale. Au-delà de son geste raté, l’expression « faire une Araconda » est entrée dans le vocabulaire footballistique. Pour l’Espagne, qui courrait après un titre continental depuis l’EURO 1964, cette défaite a été traumatisante. Il faudra plus de vingt ans pour que l’équipe retrouve le firmament européen, avec la génération des Inesta et Xavi. Ils remporteront l’Euro 2008 et 2012. Quant aux Français, ce sacre européen coïncide avec l’apogée de Michel Platini. Dans les rues de Paris, c’est la liesse. Lors de la coupe du Monde 86 au Mexique, la France tombera comme en 1982, en demi-finales face à la RFA (2-0). Les Bleus devront attendre la génération de Zinédine Zidane pour retrouver les sommets. Seize ans après, les Bleus d’Aimé Jaquet remporteront l’Euro 2000. 32 ans plus tard, La France accueillera de nouveau la compétition continentale. Reste à savoir si les bleus réussiront à briller durant l’Euro 2016 comme ils ont su briller en 1984.
  6. Histoire Du Championnat D'europe Des Nations

    Je vais remettre les vidéos de l'EDF qui ont toutes sauté
  7. Histoire Du Championnat D'europe Des Nations

    Championnat d'Europe des Nations 1984 Deux semaines de superbe football ont fait du Championnat d'Europe de l'UEFA 1984 le meilleur tournoi jamais organisé à cette époque, et ce sont les hôtes qui ont fait preuve du plus grand talent. Carré magique La France avait brillé sur la route des demi-finales de la Coupe du Monde de la FIFA 1982, et deux ans plus tard, les hommes de Michel Hidalgo semblaient être encore mieux préparés. Le nouveau gardien Joël Bats venait ajouter toute sa classe entre les poteaux, tandis que Luis Fernandez faisait parler son autorité au milieu du terrain, rejoignant ainsi Michel Platini, Alain Giresse et Jean Tigana pour former un magique Carré. Platini au sommet de son art Il ne pouvait y avoir de meilleur milieu de terrain à cette époque, et Platini, en particulier, était étincelant. Elégant, intelligent, rusé et toujours là dans les grandes occasions, la star de la Juventus a également été buteur. Il débutait le tournoi avec le titre de meilleur buteur de Serie A depuis deux saisons, et ses buts étaient d'une importance considérable dans une équipe à la recherche d'un buteur régulier depuis Just Fontaine. Les progrès des Danois Platini marquait l'unique but du succès 1-0 face au Danemark en match d'ouverture, puis il réalisait deux triplés, face à la Belgique (5-0), et face à la Yougoslavie (3-2). Les Bleus remportaient ainsi le Groupe 1. Derrière eux, le Danemark terminait à la deuxième place, et avec le retour des demi-finales après une courte absence en 1980, une belle équipe danoise composée de joueurs comme Preben Elkjær, Morten et Jesper Olsen pouvait se réjouir de disputer une demi-finale à Lyon. Un match épique Les Danois étaient opposés au vainqueur du Groupe 2, l'Espagne, qui avait fait match nul 1-1 face à la Roumanie et au Portugal, avant qu'Antonio Maceda Frances ne donne la victoire aux Espagnols face à la RFA. Les Allemands étaient ainsi éliminés et la deuxième place revenait au Portugal qui affrontait la France en demi-finale à Marseille. L'Espagne se qualifiait pour la finale en battant le Danemark aux tirs au but, mais cet EURO appartenait à la France et à Platini. Au cours d'une demi-finale épique, Jordão envoyait le Portugal en prolongation et donnait l'avantage 2-1 à son équipe après 98 minutes. Cependant, les Bleus refusaient d'abdiquer et égalisaient par l'intermédiaire de Jean-François Domergue. Puis Tigana trouvait Platini qui inscrivait le but de la victoire à une minute de la fin. "Une joie immense" Si les attentes de tout un pays semblaient crisper les Français lors de la première mi-temps de la finale au Parc des Princes, c'est encore Platini qui était décisif. Il marquait à la 57e minute sur un coup franc qui passait sous le corps de Luis Arconada le gardien espagnol. Platini inscrivait ainsi son neuvième but en cinq matches. Yvon Le Roux était expulsé pour la France, mais Bruno Bellone marquait un deuxième but en fin de rencontre pour offrir son premier grand trophée à la France (2-0). "Devenir champions d'Europe fut une joie immense", a expliqué Platini. "Le faire devant notre public a été la cerise sur le gâteau." EURO 1984 en Chiffres QUALIFICATIONS Groupe 1 [belgique] Groupe 2 [Portugal] Groupe 3 [Danemark] Groupe 4 [Yougoslavie] Groupe 5 [Roumanie] Groupe 6 [RFA] Groupe 7 [Espagne] Groupe 8 [France] : France qualifiée en tant que pays organisateur. PHASE FINALE Groupe 1 France 1-0 Danemark Belgique 2-0 Yougoslavie France 5-0 Belgique Danemark 5-0 Yougoslavie France 3-2 Yougoslavie Danemark 3-2 Belgique 1.FRANCE 6 2.DANEMARK 4 3.Belgique 2 4.Yougoslavie 0 Groupe 2 RFA 0-0 Portugal Espagne 1-1 Roumanie RFA 2-1 Roumanie Portugal 1-1 Espagne RFA 0-1 Espagne Portugal 1-0 Roumanie 1.ESPAGNE 4 2.PORTUGAL 4 3.RFA 3 4.Roumanie 1 DEMI FINALE France 3-2 Portugal [AP] Espagne 1-1 Danemark [5 tab 4] FINALE France 2-0 Espagne Buteurs : Platini 1-0 (57e) Bellone 2-0 (90e) France: Bats, Battiston (Amoros), Le Roux, Bossis, Domergue, Giresse, Tigana, Fernandez, Platini, Lacombe, Genghini (Bellone). Espagne: Arconada, Urquiaga, Salva (Roberto), Gallego, Señor, Francisco, Victor, Camacho, Julio Alberto (Sarabia), Santillana, Carrasco. VIDEOS de l'EURO 1984 Groupe 1 France 1-0 Danemark Belgique 2-0 Yougoslavie http://www.dailymotion.com/video/xyq3ut ... ship_sport France 5-0 Belgique Danemark 5-0 Yougoslavie http://www.dailymotion.com/video/xyq437 ... ship_sport France 3-2 Yougoslavie Danemark 3-2 Belgique https://www.youtube.com/watch?v=dR-0FI1wSlE Groupe 2 RFA 0-0 Portugal http://www.dailymotion.com/video/xrfdzr ... 1984_sport Espagne 1-1 Roumanie http://www.dailymotion.com/video/xyq3xz ... ship_sport RFA 2-1 Roumanie http://www.dailymotion.com/video/xyq4ib ... ship_sport Portugal 1-1 Espagne http://www.dailymotion.com/video/xrpqjm ... euro_sport RFA 0-1 Espagne Portugal 1-0 Roumanie DEMI FINALE France 3-2 Portugal [AP] Espagne 1-1 Danemark [5 tab 4] https://www.youtube.com/watch?v=9HfMzCP_vwo FINALE France 2-0 Espagne
  8. Histoire Du Championnat D'europe Des Nations

    Championnat d'Europe des Nations 1980 Le succès du Championnat d'Europe de l'UEFA 1976 a incité l'UEFA à élargir la phase finale. C'est ainsi que le nombre de participants a été doublé pour cette nouvelle édition organisée en Italie pour la deuxième fois. Rossi absent Avec huit équipes en compétition au lieu de quatre, les participants étaient divisés en deux groupes. Les vainqueurs de ces deux groupes se qualifiaient directement pour la finale. Autre changement de procédure, l'une de ces places revenait automatiquement à l'équipe de Vincenzo Bearzot, pays organisateur. Mais sans son attaquant Paolo Rossi, suspendu, l'Italie n'avait pas la tâche facile, dans un groupe comptant également l'Angleterre, la Belgique et l'Espagne. La Belgique invité surprise Si on n'attendait pas beaucoup de l'Espagne, l'Angleterre avait survolé ses éliminatoires et pouvait compter sur son attaquant Kevin Keegan, footballeur européen de l'année en 1978 et 1979. Le joueur de l'Hamburger SV ne trouvait cependant pas le chemin des filets, et après un match nul 1-1 face à la Belgique, les ambitions de l'Angleterre s'envolaient en fumée à la suite d'une défaite 1-0 face à l'Italie. Les Transalpins avaient ouvert le tournoi par un match nul 0-0 face à l'Espagne, et étaient éliminés après un nouveau 0-0 face à la Belgique, qui se qualifiait pour sa première finale d'un tournoi majeur grâce à une belle équipe menée de main de maître par Guy Thys. La classe de Schuster Dans l'autre moitié de tableau, la RFA arrivait en Italie avec une équipe revitalisée menée par Karl-Heinz Rummenigge et le jeune Bernd Schuster, 20 ans. Meneur de jeu dans le moule de Günter Netzer, Schuster avait peu de joueurs à son niveau à cette époque. "Je ne pense pas avoir déjà vu un joueur aussi parfait", s'était enthousiasmé son coéquipier Horst Hrubesch. "Bernd était le talent de l'équipe. C'est lui qui faisait le lien entre tous." Défaite des Néerlandais Les Allemands commençaient par prendre leur revanche sur la Tchécoslovaquie qui les avait battus en finale de l'édition 1976. L'Allemagne obtenait son billet pour la finale lors d'un succès 3-2 face aux Pays-Bas. Deux buts inscrits en fin de match par les Néerlandais étaient tout près d'annuler le triplé de Klaus Allofs, mais les hommes de Jupp Derwall tenaient bon avant de faire match nul 0-0 avec la Grèce. Les Tchèques troisièmes Ce nouveau format ne prévoyant pas de demi-finales, Italiens et Tchèques se disputaient la troisième place. Les tenants du titre s'imposaient aux tirs au but après un match nul 1-1 décevant. C'est la dernière fois que le match pour la troisième place se tenait. Hrubesch en héros Heureusement, la finale offrait un bien meilleur spectacle. Les Allemands prenaient l'avantage grâce à Hrubesch après 10 minutes. En seconde période, le pressing des Belges était récompensé par un penalty que René Vandereycken transformait. Mais comme en 1976, l'Allemagne marquait à nouveau en fin de rencontre. Hrubesch, qui n'était dans l'équipe qu'à cause de la blessure de Klaus Fischer, était le héros. Il marquait de la tête sur un corner de Rummenigge et offrait à son pays un nouveau titre de champion d'Europe. EURO 1980 en Chiffres QUALIFICATIONS Groupe 1 [Angleterre] Groupe 2 [belgique] Groupe 3 [Espagne] Groupe 4 [Pays-Bas] Groupe 5 [Tchécoslovaquie] (France 2 ème) Groupe 6 [Grèce] Groupe 7 [RFA] Groupe 8 [italie] (Italie qualifiée en tant que pays organisateur) PHASE FINALE (ITALIE) Groupe 1 RFA 1-0 Tchécoslovaquie Pays-Bas 1-0 Grèce RFA 3-2 Pays-Bas Tchécoslovaquie 3-1 Grèce Tchécoslovaquie 1-1 Pays-Bas RFA 0-0 Grèce 1.RFA 5 2.Tchécoslovaquie 3 3.Pays-Bas 3 4.Grèce 1 Dans le groupe 1, l’Allemagne de l’Ouest maitrise son sujet en disposant de son rival hollandais (3-2) avec un triplé du futur marseillais et bordelais, Klaus Allofs et en prenant sa revanche de la finale de l’Euro 76 contre la Tchécoslovaquie (1-0). Le match nul contre la Grèce (0-0) lors de la dernière rencontre n’est qu’anecdotique sur la route de la Finale. Les Tchécoslovaques accrochent la deuxième place et leur place pour la petite finale en tenant en échec les Hollandais (1-1). Ceux-ci se sont démobilisés après leur défaite inaugurale contre les Allemands. Groupe 2 Belgique 1-1 Angleterre Espagne 0-0 Italie Espagne 1-2 Belgique Italie 1-0 Angleterre Angleterre 2-1 Espagne Italie 0-0 Belgique 1.BELGIQUE 4 2.Italie 4 3.Angleterre 3 4.Espagne 1 Dans le groupe 2, l’Italie est attendu devant son public. Le climat est pesant suite au scandale des paris truqués qui a entrainé la suspension de Paolo Rossi, le meilleur attaquant de la Squadra Azzurra. Le sélectionneur Enzo Bearzot s’appuie sur une solide base défensive de la Juventus avec notamment l’emblématique gardien Dino Zoff, champion d’Europe en 1968, les défenseurs Claudio Gentile et Gaetano Scirea et le milieu Marco Tardelli. Mais le secteur offensif est à la peine. Après un match nul contre l’Espagne (0-0) et une poussive victoire contre les Anglais (1-0), la Squadra Azzurra joue sa place contre la surprenante Belgique au bilan similaire avec une victoire contre l’Espagne (2-1) et un score de parité contre l’Angleterre (1-1). Le match est âpre et se conclut par un score vierge. La Belgique se qualifie pour la finale au nombre de buts marqués. 3ème PLACE Tchécoslovaquie 1-1 Italie [9 TAB 8] FINALE RFA 2-1 Belgique Buteurs : Hruebsch : 1-0 (10e) Vandereycken : 1-1 (72e) Hruebsch : 2-1 (88e) RFA: Schumacher, Kaltz, K.H.Förster, Stielike, Dietz, Briegel (55 Cullmann), Schuster, H.Müller, K.H.Rummenigge, Hrubesch, K.Allofs. Belgique: Pfaff, Gerets, L.Millecamps, Meeuws, Renquin, Cools, Vandereycken, Van Moer, Mommens, Van der Elst, Ceulemans. La présence de la Belgique du sélectionneur Guy Thys peut être qualifiée de surprise même si les Diables Rouges disposent d’une belle génération avec le portier Jean-Marie Pfaff, les défenseurs Eric Gerets et Walter Meeuws et l’attaquant Jans Ceulemans. Cette finale est la revanche de le demi-finale de l’Euro 72 remporté par les Allemands en terre belge. Favorite, la Mannschaft est sauvée par son improbable buteur Horst Hrubesch (1ère sélection en avril 1980 à l’âge de 28 ans). L’attaquant d’Hambourg s’offre un doublé et marque le but de la délivrance à deux minutes de la fin du match (2-1). VIDEOS : EURO 1980 Groupe 1 RFA 1-0 Tchécoslovaquie https://www.youtube.com/watch?v=sNs0z-J7IDA Pays-Bas 1-0 Grèce https://www.youtube.com/watch?v=qyMNK6y ... dQ&index=5 RFA 3-2 Pays-Bas https://www.youtube.com/watch?v=74A-Fok ... G&index=13 Tchécoslovaquie 3-1 Grèce https://www.youtube.com/watch?v=uEYhrbvcKto Tchécoslovaquie 1-1 Pays-Bas https://www.youtube.com/watch?v=sG0MEtX ... G&index=14 RFA 0-0 Grèce https://www.youtube.com/watch?v=thkWrjv ... Tfibd4TTdQ Groupe 2 Belgique 1-1 Angleterre http://www.dailymotion.com/video/xyr3pr ... ship_sport Espagne 0-0 Italie http://www.dailymotion.com/video/xyr4e7 ... ship_sport Espagne 1-2 Belgique https://www.youtube.com/watch?v=cDOo0dp ... Tfibd4TTdQ Italie 1-0 Angleterre https://www.youtube.com/watch?v=GWJJa_k3AnE Angleterre 2-1 Espagne https://www.youtube.com/watch?v=K036QJF ... tml5=False Italie 0-0 Belgique https://www.youtube.com/watch?v=G9S1JhzDAgI Place 3 : Tchécoslovaquie 1-1 Italie https://www.youtube.com/watch?v=leA1qbQ3u90 FINALE : RFA 2-1 Belgique http://www.dailymotion.com/video/x3pp5gr_22-06-1980-uefa-euro-1980-final-west-germany-2-1-belgium-1980-avrupa-futbol-sampiyonasi-bati-almanya_sport Comme en 1972 et 76, la RFA est de nouveau en finale. La Tchécoslovaquie, vainqueur de l'édition précédente, crée encore la surprise en chipant la troisième place aux Italiens après une séance de tirs au but interminable (1-1/9-8). A Rome, dans un stade Olimpico qui sonne creux, Derwall aligne son équipe type qui emballe la partie dès le coup d'envoi. A la 10ème minute, un une-deux Schuster-Rummenigge place Hrusbesch sur orbite qui ouvre le score. On ne donne alors pas cher de la peau des Belges, lesquels se rebiffent dans la foulée avec Van der Elst et Ceulemans qui manquent l'égalisation au cours d'une première mi-temps très tactique jouée sur un faux rythme. Le rouleau-compresseur teuton n'a pas de prise sur les « Diables rouges » qui se défendent plutôt bien avec leurs fourches. Il faut attendre la seconde période, et notamment l'approche du dernier quart d'heure, pour que la rencontre gagne en intensité. Lancé comme une fusée, Van der Elst s'échappe des griffes de la défense allemande avant d'être fauché par Stielike à la limite de la surface (71ème). L'arbitre siffle un pénalty, influencé par le plongeon de l'attaquant belge, que transforme sans trop se poser de questions sur le sujet Van der Eycken. Dans les minutes qui suivent l'égalisation belge, Ceulemans, Rummenigge et Schuster ont le but du KO au bout des crampons. L'issue du match devient indécise et sourit finalement aux Allemands à deux minutes du temps réglementaire, lorsque que Hrubesch reprend de la tête un corner tiré par Rummenigge. L'affreux Jojo - Horst en fait - offre un nouveau succès à la RFA dans le tournoi après sa victoire en 1972. Des Allemands toujours au front. Celui de Hrubesch évidemment.
  9. Histoire Du Championnat D'europe Des Nations

    Championnat d'Europe des Nations 1976 Un penalty d'Antonín Panenka et le Championnat d'Europe de l'UEFA allait changer pour toujours. Grâce à ce coup de patte magique, le milieu de terrain tchècoslovaque offrait le titre 1976 à son pays et faisait passer la compétition à un autre niveau aux yeux du public. Superbe tournoi Ce geste plein d'ambition venait ponctuer un superbe tournoi, servi par quatre excellentes équipes dont les confrontations ont été quelque peu éclipsées par ce coup de patte immortel. Les Yougoslaves, en pays organisateur, accueillaient la Tchécoslovaquie, les Pays-Bas de Johan Cruyff et les tenants du titre et champions du monde, la RFA, lors d'une grande fête du football organisée pour la première fois en Europe de l'est. Mauvais départ Sur ces quatre équipes, les Tchècoslovaques étaient de loin ceux qui avaient le moins de chances de remporter le trophée Henri Delaunay. Entraînée par Václav Ježek et puisant sa force dans le travail et l'esprit d'équipe, la Tchécoslovaquie débutait sa campagne par une défaite 3-0 face à l'Angleterre à Wembley. Personne ne pensait qu'il s'agissait du premier match des futurs champions, mais une victoire 2-1 sur les hommes de Don Revie à Bratislava permettait aux Tchècoslovaques de se qualifier dans le Groupe 1. Des Néerlandais déchaînés Le Pays de Galles faisait mieux que son voisin anglais en remportant le Groupe 2 grâce à des joueurs comme John Toshack et Leighton James. Leur campagne était cependant stoppée par la Yougoslavie en quarts de finale. La Tchécoslovaquie endossait alors le costume d'outsider après sa victoire sur l'Union soviétique d'Oleh Blokhin. Ailleurs, des Néerlandais déchaînés atomisaient la défense belge (7-1), tandis que la RFA se défaisait confortablement de l'Espagne pour compléter les demi-finales. Bons débuts Gerd Müller n'était plus là pour effrayer les défenses, mais son homonyme Dieter prenait sa place pour marquer un triplé décisif lors de ses débuts à Belgrade. La RFA remontait deux buts pour s'imposer 4-2 face à la Yougoslavie après prolongation. Il fallait également s'en remettre à la prolongation à Zagreb, où Johan Neeskens et Wim van Hanegem étaient tous deux expulsés lors de la défaite 3-1 face à la Tchécoslovaquie. Les Néerlandais voyaient leurs chances de se venger de la finale perdue contre la RFA en Coupe du Monde de la FIFA 1974 s'envoler. La Panenka est née Les hommes d'Helmut Schön étaient les favoris pour cette finale. Les Tchécoslovaques n'avaient pas perdu depuis 20 matches et cette défaite à Wembley, et menaient rapidement 2-0 face aux Allemands, qui répondaient par Müller et Bernd Hölzenbein à la dernière minute. Aucun but n'était marqué lors de la prolongation et la séance des tirs au but faisait sa première apparition dans un tournoi majeur. Sept penalties réussis plus tard, Uli Hoeness tirait au-dessus. Panenka réalisait un geste jusqu'alors inconnu, attendant le plongeon de Sepp Maier avant d'envoyer le ballon au centre du but d'une petite pichenette. "Si j'avais pu le breveter, je l'aurais fait", a-t-il un jour ironisé. [/b] EURO 1976 en Chiffres QUALIFICATIONS Groupe 1 [Tchécoslovaquie] Groupe 2 [Pays de Galles] Groupe 3 [Yougoslavie] Groupe 4 [Espagne] Groupe 5 [Pays-Bas] Groupe 6 [uRSS] Groupe 7 [belgique] (France 3 ème) Groupe 8 [RFA] QUARTS DE FINALE Tchécoslovaquie 2-0 URSS URSS 2-2 Tchécoslovaquie Pays-Bas 5-0 Belgique Belgique 1-2 Pays-Bas Yougoslavie 2-0 Pays de Galles Pays de Galles 1-1 Yougoslavie Espagne 1-1 RFA RFA 2-0 Espagne TOURNOI FINAL (Yougoslavie) DEMIS-FINALE Tchécoslovaquie 3-1 Pays-Bas [ap] RFA 4-2 Yougoslavie [ap] 3ème PLACE Pays-Bas 3-2 Yougoslavie [ap] FINALE Tchécoslovaquie 2-2 RFA [5 tab 3] Buteurs : Svehlík : 1-0 (8e) Dobiás : 2-0 (25e) D.Müller : 2-1 (28) Hölzenbein : 2-2 (89) Tchécoslovaquie: Viktor, Pivarník, Ondrus, Capkovic, Gögh, Dobiás (94 Vesely), Móder, Panenka, Masny, Svehlík (79 Jurkemik), Nehoda RFA: Maier, Vogts, Schwarzenbeck, Beckenbauer, Dietz, Wimmer (46 Flohe),Bonhof, Beer (80 Bongartz), U.Hoeneß, D.Müller, Hölzenbein D.Müller, Hölzenbein TOURNOI FINAL : Articles / Photos / Vidéos DEMI FINALE TCHECOSLOVAQUIE 3-1 PAYS BAS (ap) https://www.youtube.com/watch?v=ajZ6QPqGPvg Les joueurs au maillot orange, après leur deux belles démonstrations du tour précédent face à leurs voisins belges ont complètement manqué leur séjour yougoslave. Venus en favoris et bien décidés à venger leur défaite à la Coupe du Monde 1974, les Hollandais sont repartis de Zagreb par la petite porte dans l'indifférence générale la plus totale. La déception a surtout été grande pour les supporters bataves lors de la demi-finale contre les Tchèques. Les vice-champions du monde, ce jour-là, parurent bien loin de leurs prestations en Coupe du Monde. Et pourtant, l'équipe était, à deux exceptions près, la même que celle qui avait enchanté les téléspectateurs du monde entier. Mais les Cruijff, Rep et autres Rensenbrink semblaient jouer un autre football que celui des Tchèques, survoltés et nettement supérieurs. C'est d'ailleurs sur une bévue de Ondrus que les Hollandais eurent la chance de pouvoir parvenir aux prolongations... qui devaient leur être fatales. En revanche, le match de classement nous a fait découvrir la « nouvelle vague orange ». Privée de Cruijff, Neeskens et Van Hanegem suspendus, l'équipe hollandaise donnait leur chance aux jeunes Peter Arntz (23 ans), Jan Peters (21 ans), Willem Meutstege (23 ans), Cees Kist (23 ans) et au buteur n° 1 du championnat, Ruud Geels (27 ans). C'est ce dernier qui permit grâce à ses deux buts de donner à la Hollande une troisième place de consolation. Mais surtout, on avait pu voir au cours de ce match les prémices de la Hollande de demain dont la tâche est de faire oublier le « déclin » de ses vedettes « d'hier ». RFA 4-2-YOUGOSLAVIE http://www.dailymotion.com/video/xyovdf ... ship_sport C'est le beau stade de l'Etoile Rouge qui accueille, à Belgrade, l'autre demi-finale, celle qui met aux prises les enfants du pays et les seigneurs de Bavière et d'ailleurs. Les Yougoslaves, en une mi-temps, atteignent le paradis, brûlant du sentiment de leur puissance irrésistible. L'Allemagne, championne du monde effondrée, est à leurs pieds. Ils n'ont plus qu'à danser sur sa dépouille. En douze minutes, de la 20e à la 32e, le couperet est tombé deux fois sur Sepp Maier : but de Popivoda, but de Dzajic, 2-0 pour la Yougoslavie. Deux autres fois, Zangul et Jerkovic ont eu le but au bout du pied. Maier est l'image même de la désolation. Mais la peau de l'ours allemand n'est jamais à vendre sans précautions préalables. Pour l'avoir oublié, les Yougoslaves vont le payer très cher. Le Kaiser remet de l'ordre dans la maison, Flohe réduit le score (65e minute, 1-2), les vagues d'assaut se succèdent devant la cage de Petrovic. Le temps passe et le stade retient son souffle. Il reste neuf minutes à jouer. C'est alors qu'Helmut Schoen se lève de son banc. De l'ancien footballeur, il a les hanches grinçantes et les genoux cagneux. Manifestement, il roule de sombres pensées, l'entraîneur champion du monde. Coup de chance ou coup de génie, il prend la décision de faire entrer Dieter Muller homonyme de l'autre, 22 ans depuis le 1er avril et gros consommateur de voitures Porsche. Il en a répandu une récemment dans la campagne et s'en est acheté une autre le lendemain matin. Il n'a encore jamais joué en sélection ce Dieter Muller, mais il est si bon que Weisweiler, nouvel entraîneur de Cologne, a fait spécifier dans son propre contrat qu'il ne serait pas transféré. Dieter Muller entre donc sur le terrain de Belgrade à la 81e minute. Bonhof tire un corner, tête de Dieter Muller, 2-2 et prolongation. Le Colognois vient de toucher son premier ballon. Cette seule réussite pourrait lui valoir les gros titres de la presse européenne. Il estime sans doute que ce n'est pas suffisant et marque encore deux fois (115e, 118e), au grand bonheur des Allemands. Helmut Schoen le prend dans ses bras et lui dit : « Je crois que nous n'avons pas fini de nous voir, bonhomme ! ». En deux heures, le public yougoslave est passé du rire aux larmes, de l'euphorie à la consternation, de la féerie au cauchemar. France-Football écrit : « La seconde mi-temps et la prolongation eurent la rigueur et la pureté d'une tragédie antique. On sait comment cela se termine, une tragédie, par la mort fatale du héros, Achille ou Antigone, mais on refuse d'y croire tant que le rideau n'est pas tombé.» TROISIEME PLACE PAYS BAS 3-2 YOUGOSLAVIE https://www.youtube.com/watch?v=9Un_gbQspxA FINALE TCHECOSLOVAQUIE 2-2 RFA (5 p 3) https://www.youtube.com/watch?v=v_Hi0cIZFOI Pour la grande finale Allemagne Tchécoslovaquie, toutes les caméras de l'Eurovision sont là et les images vont être relayées dans la plupart des pays... sauf en France, signe indubitable que les dirigeants de nos trois chaînes n'ont rien compris au phénomène football. Les joueurs allemands et tchécoslovaques, las de toutes ces batailles prolongées et qui devinent peut-être ce qui les attend, ont demandé et obtenu que la finale ne soit pas rejouée en cas d'égalité. Ces jeunes gens préfèrent tirer des penalties et aller ensuite taquiner le goujon. Le scénariste de cette Coupe d'Europe des Nations ne s'est pas fatigué. Quatre matches, quatre courses-poursuite, quatre prolongations. Une nouvelle fois, l'Allemagne est menée 2-0 après 25 minutes de jeu sur des buts de Svehlik (8e) et Dobias (25e). La Tchécoslovaquie, avec moins de panache et de vivacité que la Yougoslavie trois jours plus tôt, mène cependant sa barque avec maîtrise et élégance. Elle est à deux doigts (par Masny) d'un triomphe sans restriction. Mais Beckenbauer veut participer à la fête. Lui dont le bilan pour 99 matches internationaux est de 67 victoires, 17 matches nuls et 15 défaites, avec un goal-average de 230-76, démontre qu'il est le meilleur joueur du monde en activité. S'intégrant constamment à son attaque, il la pousse et la sublime. Avant le repos, le score est ramené à 1-2, et c'est encore Dieter Muller qui en est le responsable. « Alors, écrit France-Football, commença le plus passionnant de ce match : une deuxième mi-temps somptueuse, marquée d'exploits ininterrompus, d'enlevages, de sursauts et pardessus tout d'une maîtrise technique inégalable. L'Allemagne, dix fois, eut l'égalisation au bout du pied de Bonhof, de Béer, de Beckenbauer lui-même qui brûlait de marquer sa centième sélection d'une pierre encore plus blanche que d'habitude. Mais c'est au moment où l'on croyait que les Tchécoslovaques allaient enfin trouver la récompense de leurs efforts surhumains, à la dernière seconde du match, que Hoelzenbein, d'une tête vibrante, obtint l'égalisation et le droit de jouer encore une prolongation. Cette fois, contrairement à ce qui s'était passé au cours des trois « actes » précédents, aucun but ne fut marqué. Les équipes usées jusqu'à la corde manquaient du coup de reins nécessaire. Et il fallut bien pour les départager, en arriver à ces tirs au but qui se répandent de plus en plus dans les compétitions internationales, au point que, pour la première fois, un titre européen a été décerné de cette manière. Ils semblaient si adroits, si sûrs de leur adresse, les joueurs des deux camps, que ni Viktor ni Maier ne pouvaient s'opposer à leurs tirs victorieux. Il fallut que Hoeness envoyât la balle très au-dessus du but, signant ainsi la première défaite de l'Allemagne depuis de longues années. Mais peut-on appeler défaite cette manière de s'incliner ? »
  10. Histoire Du Championnat D'europe Des Nations

    Championnat d'Europe des Nations 1972 L'Italie, championne d'Europe en titre, a été battue en finale de la Coupe du Monde de la FIFA 1970, mais elle n'était pas favorite pour défendre son titre européen en 1972. Plus au nord, l'entraîneur de la RFA Helmut Schön était en passe de construire une équipe considérée par beaucoup comme la meilleure équipe allemande de tous les temps. Un effectif riche Avec les meilleurs élements des grosses écuries de la Bundesliga, le FC Bayern München et le VfL Borussia Mönchengladbach, Schön disposait d'un effectif de rêve. Franz Beckenbauer reculait d'un cran pour devenir le premier des grands libéros à vocation offensive, l'arrière latéral gauche Paul Breitner et l'attaquant Uli Hoeness étaient d'excellents nouveaux joueurs, tandis que Günter Netzer, avec sa tignasse blonde au milieu du terrain, était rappelé pour son flair et son arrogance. Müller magique Devant, "Der Bomber" lui-même : Gerd Müller. Finisseur suprême, il était à l'apogée de sa forme et marquait six buts dans le groupe de qualification. La RFA se qualifiait aisément pour les quarts de finale. Les Allemands retrouvaient les Anglais, et confirmaient leur classe en s'imposant 3-1 à Wembley, première victoire dans le célèbre stade londonien. Müller inscrivait l'un des buts, et un match nul 0-0 au retour offrait un billet à la RFA pour le tournoi final. Seconds rôles Les autres demi-finalistes ont seulement réussi à jouer les seconds rôles, et même si l'Union soviétique atteignait les derniers tours de la compétition pour la quatrième fis consécutive grâce à une victoire face à la Yougoslavie en quarts de finale, l'URSS n'était plus l'équipe qu'elle était. La Belgique, pays organisateur, perdait son milieu de terrain Wilfried Van Moer, victime d'une fracture de la jambe face à l'Italie, et la Hongrie, privée de ses anciennes individualités, avait besoin d'un match d'appui pour battre la Roumanie. La Belgique troisième Les Belges ne profitaient pas de l'avantage du terrain, comme avaient pu le faire l'Espagne et l'Italie lors des deux éditions précédentes, et leurs rêves s'envolaient à Anvers lorsque Müller marquait par deux fois pour donner une victoire 2-1 à la RFA. La difficile tâche d'arrêter les Allemands revenait alors à l'URSS qui disposait de la Hongrie à Bruxelles grâce à Anatoli Konkov. Avant la finale, la Belgique obtenait la troisième place du podium en se défaisant de la Hongrie sur le score de 2-1. Superbe victoire La finale était à sens unique. Netzer et Beckenbauer étaient impériaux au milieu du terrain, et Müller de nouveau buteur à deux reprises. Herbert Wimmer inscrivait un troisième but et les Allemands s'imposaient sur le score retentissant de 3-0. C'est toujours le plus gros score d'une finale du Championnat d'Europe de l'UEFA. "Tout a bien fonctionné", a indiqué Müller. "Nous étions en harmonie. On se comprenait très bien. C'était également le cas sur le terrain. On ne peut rien demander de plus." Les bases du succès de la RFA en Coupe du Monde de la FIFA deux ans plus tard étaient posées. EURO 1972 en Chiffres QUALIFICATIONS Groupe 1 [Roumanie] Groupe 2 [Hongrie] (France 3 ème) Groupe 3 [Angleterre] Groupe 4 [uRSS] Groupe 5 [belgique] Groupe 6 [italie] Groupe 7 [Yougoslavie] Groupe 8 [RFA] QUARTS DE FINALE Angleterre 1-3 RFA RFA 0-0 Angleterre Italie 0-0 Belgique Belgique 2-1 Italie Hongrie 1-1 Roumanie Roumanie 2-2 Hongrie Hongrie 2-1 Roumanie Yougoslavie 0-0 URSS URSS 3-0 Yougoslavie TOURNOI FINAL (Belgique) DEMIS-FINALE RFA 2-1 Belgique URSS 1-0 Hongrie 3ème PLACE Belgique 2-1 Hongrie FINALE RFA 3-0 URSS Buteurs G.Müller : 1-0 (27e) Wimmer : 2-0 (52e) G.Müller : 3-0 (58e) RFA: Maier, Höttges, Beckenbauer, Schwarzenbeck, Breitner, U.Hoeneß, Wimmer, Netzer, Heynckes, G.Müller, E.Kremers URSS: Rudakov, Dzodzuashvili, Kaplichny, Istomin, Khurtsilava, Kolotov, Troshkin, Baidachni, Banishevsky (66 Kozinkevich), Konkov (46 Dolmatov), Onishenko EURO 1972 en VIDEOS Résumé EURO 72 Quart de finale Aller : Angleterre 1-3 RFA Demie Finale : RFA 2-1 Belgique Demie Finale URSS 1-0 Hongrie FINALE : RFA 3-0 URSS
  11. Histoire Du Championnat D'europe Des Nations

    Championnat d'Europe des Nations 1968 Un vent nouveau soufflait sur 1968. Et ce renouveau concernait à la fois le tournoi et l'Italie, pays hôte. Auteur d'une campagne désastreuse à la Coupe du Monde de la FIFA 1966, l'Italie se reformait pour devenir le premier vainqueur du nouveau Championnat d'Europe de l'UEFA. 130 711 spectateurs à Hampden Cette nouvelle appellation s'accompagnait d'un nouveau format avec la phase à élimination directe remplacée par le système de groupes de qualification toujours en place aujourd'hui. Seuls Malte et l'Islande n'y participaient pas, ce qui signifie que la RFA faisait ses grands débuts, avec un certain Gerd Müller dans ses rangs. Malgré l'émergence de ce nouveau joueur, les Allemands terminaient à la deuxième place de leur groupe, derrière la Yougoslavie, qui se qualifiait pour les quarts de finale. Les Championnats britanniques composaient un deuxième groupe, remporté finalement par l'Angleterre. Après une célèbre défaite 3-2 face à l'Ecosse à Wembley, les champions du monde se qualifiaient grâce à un match nul 1-1 face à l'Ecosse devant 130 711 spectateurs à Hampden Park, record d'affluence pour un match du Championnat d'Europe de l'UEFA. Désastre de 66 Ailleurs, il y a eu des surprises puisque le Portugal d'Eusébio a terminé deuxième derrière la Bulgarie, et les talentueux Belges ont fini juste derrière la France. L'Espagne, champion en titre, n'a pas eu de mal à se qualifier, et rencontrait l'Angleterre en quarts de finale. Les hommes d'Alf Ramsey s'imposaient 1-0 à domicile et 2-1 à Madrid pour s'ouvrir les portes du tournoi finale. La liste des équipes qualifiées pour les demi-finales était complétée par la Yougoslavie et l'URSS, en plus de l'équipe italienne new look de Ferruccio Valcareggi. Copieusement arrosés de tomates pourries après la défaite face à la République démocratique de Corée à la Coupe du Monde 1966, les Italiens étaient déterminés à regagner le respect de leurs fans, d'autant plus que la compétition avait lieu sur le sol transalpin. A pile ou face Mais la qualification de l'Italie se jouait à pile ou face puisque la demi-finale face à l'URSS se terminait sur le score de 0-0 après 120 minutes. L'arbitre appliquait le règlement et les Azzurri se qualifiaient pour le prochain tour à Rome face à la Yougoslavie qui pouvait remercier Dragan Dzajic pour son but face à l'Angleterre (1-0). Alan Mullery est devenu le premier joueur anglais à être expulsé dans ce match. Il était donc absent pour le match pour la troisième place remporté par ses coéquipiers. 2 Finales Le jour de la finale, l'Italie était menée sur un but de Dzajic après 39 minutes, et semblait aller vers une défaite. "Honnêtement, nous ne méritions pas le match nul", reconnaît aujourd'hui le gardien Dino Zoff, mais Angelo Domenghini égalisait à dix minutes de la fin, obligeant les deux équipes à se rencontrer de nouveau deux jours plus tard. Valcareggi appelait Sandro Mazzola et Luigi Riva, et ce dernier ajoutait un deuxième but après l'ouverture du score de Pietro Anastasi. L'Italie battait la Yougoslavie 2-0. "Nous méritions de gagner ce match", ajoute Zoff. "Les souvenirs sont toujours là." EURO 1968 en Chiffres QUALIFICATIONS Groupe 1 [Espagne] Groupe 2 [bulgarie] Groupe 3 [uRSS] Groupe 4 [Yougoslavie] Groupe 5 [Hongrie] Groupe 6 [italie] Groupe 7 [France] France 2-1 Pologne Belgique 2-1 France Luxembourg 0-3 France Pologne 1-4 France France 1-1 Belgique France 3-1 Luxembourg Groupe 8 [Angleterre] QUARTS DE FINALE Bulgarie 3-2 Italie Italie 2-0 Bulgarie Hongrie 2-0 URSS URSS 3-0 Hongrie Angleterre 1-0 Espagne Espagne 1-2 Angleterre France 1-1 Yougoslavie Yougoslavie 5-1 France TOURNOI FINAL (Italie) DEMIS-FINALE Italie 0-0 URSS (Italie au Tirage au sort Pile ou Face) Yougoslavie 1-0 Angleterre 3ème PLACE Angleterre 2-0 URSS FINALE Italie 1-1 Yougoslavie [ap] FINALE REJOUEE Italie 2-0 Yougoslavie Buteurs Riva 1-0 (11e) Anastasi 2-0 (32e) Italie: Zoff, Burgnich, Facchetti, Salvadore, Guarneri, Rosato, Domenghini, Mazzola, Anastasi, De Sisti, Riva Yougoslavie: Pantelic, Fazlagic, Damjanovic, Pavlovic, Paunovic, Holcer, Hosic, Trivic, Musemic, Acimovic, Dzajic EURO 1968 en Vidéo Résumé Euro 1968 Résumé Finale 1 Italie 1-1 Yougoslavie https://www.youtube.com/watch?v=jVL8lkUsTfM Résumé Finale 2 Italie 2-0 Yougoslavie
  12. Histoire Du Championnat D'europe Des Nations

    Championnat d'Europe des Nations 1964 L'Euro 1964 est la deuxième édition du Championnat d'Europe des nations , tournoi quadriennal organisé par l'UEFA. La finale du tournoi a vu la victoire du pays organisateur, l'Espagne, aux dépens du tenant du titre, l'Union soviétique. Comme quatre ans auparavant, le tournoi est organisé en matchs éliminatoires aller et retour. 29 équipes ont participé à la phase éliminatoire (la Grèce a abandonné la compétition après un match nul face à l'Albanie). L'URSS, tenant du titre, l'Autriche et le Luxembourg ont été dispensés de tour préliminaire et n'entraient dans la compétition qu'en huitièmes de finale. Jusqu'en demi-finales, les équipes s'affrontent en matchs aller et retour, en jouant un match d'appui en cas d'égalité dans les résultats (la règle des buts marqués à l'extérieur n'est pas encore appliquée, tout comme les tirs au but). Le tournoi final rassemble les 4 demi-finalistes, parmi lesquelles on choisit le pays organisateur de la compétition, après concertation entre les pays. L'Espagne a su combiner l'avantage de jouer à domicile et un bon travail d'équipe pour remporter son trophée Plus de participants Le format restait le même, avec des éliminatoires suivis d'un tournoi final à quatre équipes. Mais l'agitation autour du premier tournoi signifiait que le nombre de participants passait de 17 à 29, avec l'Italie et l'Angleterre parmi les prétendants. L'Angleterre s'inclinait 6-3 face à la France à l'occasion du premier match officiel d'Alf Ramsey à la tête de l'équipe. Après les incidents diplomatiques de 1960, la Grèce refusait de rencontrer l'Albanie avec qui elle était officiellement en guerre. L'Albanie remportait donc le match sur tapis vert. Les Danois qualifiés L'Albanie ne saisissait pas cette chance et s'inclinait sur le score de 4-1 face au Danemark en huitièmes de finale. Les Danois obtenaient leur billet pour le tournoi final en éliminant le Luxembourg, invité surprise des quarts de finale, après un match d'appui. L'attaquant Ole Madsen marquait six buts lors des trois matches du Danemark contre le Grand-Duché, qui avait déjà battu les Pays-Bas 2-1 à Rotterdam, leur dernière victoire à l'extérieur face à une équipe européenne jusqu'en 1995. L'Espagne choisie Vainqueur de la France, la Hongrie se qualifiait également pour les demi-finales, où elle était rejointe par l'Espagne et l'URSS, tenante du titre. L'Espagne se montrait particulièrement impressionnante face à la République d'Irlande (5-1 et 2-0) au tour précédent. L'Espagne était choisie pour accueillir le tournoi, à condition qu'elle accepte la participation de l'URSS. En 1960, l'Espagne avait été disqualifiée après que le général Franco refuse la permission à son équipe nationale de jouer contre l'URSS. Quatre ans plus tard, les désaccords politiques étaient oubliés et le football reprenait ses droits. La force soviétique L'URSS avait à cœur de défendre son titre et battait le Danemark 3-0 à Barcelone grâce à des buts de Valentin Ivanov et Victor Ponedelnik. Dans l'autre demi-finale, l'Espagne s'en remettait à un but inscrit lors de la prolongation par l'attaquant du Real Madrid CF Amancio pour battre la Hongrie 2-1. Avec le milieu de terrain Luis Suárez à la baguette, les Espagnols se qualifiaient pour la finale. Déjà champion d'Europe avec l'Inter Milan Suárez venait ajouter de l'expérience à la jeune équipe d'Espagne. Esprit d'équipe Après seulement six minutes de jeu au stade Santiago Bernabéu, le talentueux n°10 centrait pour Jesús Pereda qui ouvrait le score. Galimzian Khusainov égalisait rapidement, mais Marcellino marquait un second but de la tête à six minutes de la fin. "Les autres équipes d'Espagne dans lesquelles j'ai joué étaient bien meilleures que celle de 1964, mais nous n'avons jamais rien gagné", a déclaré Suárez. "C'était une équipe plus qu'une sélection de grands joueurs. PREMIER TOUR Espagne 6-0 Roumanie Roumanie 3-1 Espagne Pologne 0-2 Irlande du Nord Irlande du Nord 2-0 Pologne Rep.of Irlande 4-2 Islande Islande 1-1 Rep.of Irlande Bulgarie 3-1 Portugal Portugal 3-1 Bulgarie Bulgarie 1-0 Portugal Angleterre 1-1 France France 5-2 Angleterre RDA 2-1 Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie 1-1 RDA Hongrie 3-1 Pays de Galles Pays de Galles 1-1 Hongrie Danemark 6-1 Malte Malte 1-3 Danemark Grèce - Albanie (Abandon Grèce) Pays-Bas 3-1 Suisse Suisse 1-1 Pays-Bas Norvège 0-2 Suède Suède 1-1 Norvège Yougoslavie 3-2 Belgique Belgique 0-1 Yougoslavie Italie 6-0 Turquie Turquie 0-1 Italie HUITIEME FINALE Espagne 1-1 Irlande du Nord Irlande du Nord 0-1 Espagne Autriche 0-0 Rep.of Irlande Rep.of Irlande 3-2 Autriche Bulgarie 1-0 France France 3-1 Bulgarie RDA 1-2 Hongrie Hongrie 3-3 RDA Danemark 4-0 Albanie Albanie 1-0 Danemark Pays-Bas 1-1 Luxembourg Luxembourg 2-1 Pays-Bas Yougoslavie 0-0 Suède Suède 3-2 Yougoslavie URSS 2-0 Italie Italie 1-1 URSS QUART FINALE Espagne 5-1 Irlande Irlande 0-2 Espagne France 1-3 Hongrie Hongrie 2-1 France Luxembourg 3-3 Danemark Danemark 2-2 Luxembourg Danemark 1-0 Luxembourg Suède 1-1 URSS URSS 3-1 Suède TOURNOI FINAL (Espagne) DEMIS-FINALE Espagne 2-1 Hongrie [ap] URSS 3-0 Danemark 3ème PLACE Hongrie 3-1 Danemark FINALE Espagne 2-1 URSS Buteurs : Pereda 1-0 (6e) Khusainov 1-1 (8e) Marcelino 2-1 (84e) Espagne: Iribar, Rivilla, Olivella, Calleja, Zoco, Fusté, Amancio, Pereda, Marcelino, Suárez, Lapetra URSS: Yashin, Chustikov, Shesternev, Mudrik, Voronin, Anichkin, Chislenko, V.Ivanov, Ponedelnik, Korneev, Khusainov EURO 1964 en Vidéo Résumé de l'EURO 64 Résumé FINALE : Espagne 2-1 URSS
  13. Histoire Du Championnat D'europe Des Nations

    Championnat d'Europe des Nations 1960 La première coupe d'Europe des nations débute dans un format original où les équipes s'affrontent par tours et par matchs aller-retour et ceci jusqu'en demi-finale où les quatre demi-finalistes décident d'un pays hôte pour y disputer leurs demi-finales (sur un match cette fois-ci), le match de la troisième place (entre les deux demi-finalistes éliminés) et la finale. L'Euro 1960 est le premier championnat d'Europe des nations de football, il est organisé tous les 4 ans par l'UEFA. Le tournoi final a eu lieu en France pour cette première édition et a été remporté par l'URSS, après une victoire (2-1 après prolongations) en finale contre la Yougoslavie à Paris. Le tournoi se dispute par matchs éliminatoires aller et retour jusqu'en demi-finale. Seules 17 équipes sont inscrites aux éliminatoires, avec quelques absences notables parmi lesquelles la RFA, l'Italie ou l'Angleterre. Les 4 équipes demi-finalistes participent au tournoi final, organisé par l'une de ces nations après concertation. L'Espagne, toujours sous la dictature d'extrême-droite de Franco, refuse de se rendre en Union Soviétique, le principal partisan de la Seconde République espagnole lors de la Guerre Civile espagnole et quitte la compétition. Il y a donc 3 pays socialistes dans le carré final : la Yougoslavie, l'Union soviétique et la Tchécoslovaquie, accompagnées par la France, désigné pays organisateur. Des obstacles surmontés La France de Delaunay était sélectionnée parmi les demi-finalistes pour organiser la phase finale, mais une série de problèmes manquait de provoquer l'annulation du tournoi dès le départ. Seule une multitude d'inscriptions tardives permettait d'obtenir le nombre minimum d'équipes engagées. Parmi les 16 pays représentés ne figuraient ni l'Italie, ni la RFA, ni l'Angleterre. Le coup d'envoi de la première Coupe d'Europe des nations, créée sur un format de matches aller-retour jusqu'en demi-finale, était donné au Stade Lénine Tsentralni de Moscou le 59 septembre 1958. Ce jour historique, 100 572 spectateurs ont vu Anatoli Ilyin devenir le premier buteur après tout juste quatre minutes de jeu, et l'URSS battait la Hongrie 3-1, avant de se qualifier sur le score cumulé de 4-1. L'Espagne disqualifiée En quart de finale, l’Union soviétique avait sa part de chance et profitait de la principale controverse politique de l’histoire du tournoi, lorsque le Général Franco refusait de laisser l'équipe de Gavril Kachalin d'entrer sur le territoire espagnol, offrant par conséquent la victoire aux Russes sur tapis vert. Ces derniers prennent donc sa place aux côtés de trois autres équipes dans la phase finale, à savoir la France, la Yougoslavie et la Tchécoslovaquie. L'URSS démontrait immédiatement qu'elle n'avait pas usurpé sa qualification en battant les Tchèques 3-0 à Marseille, avec un doublé de Valentin Ivanov. L'équipe de France succombait quant à elle au terme d'un match à suspense perdu 5-4 contre la Yougoslavie, match qui demeure encore à ce jour le plus prolifique en buts de l'histoire du tournoi. Raymond Kopa et Just Fontaine étaient absents pour les Bleus, mais il n'y avait rien à faire face au talent étalé par les Yougoslaves, qui contrastait avec l'attitude défensive de leur adversaire lors de la finale disputée à Paris le 10 juillet 1960. Ponedelnik buteur décisif En effet, grâce à son légendaire gardien Lev Yashin, l'URSS n'a laissé les Yougoslaves inscrire qu'un seul but en 90 minutes, sur un tir contré de Milan Galic, malgré leur large domination. Slava Metreveli égalisait et le match s'engageait dans le prolongation, alors que la Yougoslavie commençait à s'essouffler. Victor Ponedelnik marquait de la tête pour offrir à l'Union soviétique son premier (et dernier) trophée. "Il y a des matches et des buts qui sont vraiment à part, un genre de sommet dans la vie sportive d'un joueur", déclarait plus tard Ponedelnik. "Cela a été le plus grand moment de ma vie." Le tournoi allait quant à lui en vivre bien d'autres. EURO 1960 en Chiffres HUITIEMES DE FINALE URSS 3-1 Hongrie Hongrie 0-1 URSS Pologne 2-4 Espagne Espagne 3-0 Pologne Roumanie 3-0 Turquie Turquie 2-0 Roumanie Danemark 2-2 Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie 5-1 Danemark France 7-1 Grèce Grèce 1-1 France Norvège 0-1 Autriche Autriche 5-2 Norvège RDA 0-2 Portugal Portugal 3-2 RDA Yougoslavie 2-0 Bulgarie Bulgarie 1-1 Yougoslavie QUARTS DE FINALE Espagne - URSS (Abandon de l'Espagne) Roumanie 0-2 Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie 3-0 Roumanie France 5-2 Autriche Autriche 2-4 France Portugal 2-1 Yougoslavie Yougoslavie 5-1 Portugal TOURNOI FINAL (France) DEMIS-FINALE URSS 3-0 Tchécoslovaquie Yougoslavie 5-4 France MATCH 3ème PLACE Tchécoslovaquie 2-0 France FINALE URSS 2-1 Yougoslavie [ap] Buteurs : Galic 41 : 0-1 Metreveli 49 : 1-1 Ponedelnik 114 : 2-1 URSS: Yashin, Tchekeli, Maslenkin, Kroutikov, Voinov, Netto, Metreveli, V.Ivanov, Ponedelnik, Bubukin, Meskhi Yougoslavie: Vidinic, Durkovic, Jusufi, Zanetic, Miladinovic, Perusic,Jerkovic, Sekularac, Galic, Matus, Kostic EURO 1960 en Vidéo Résumé de l'Euro 1960 FINALE : URSS 2-1 YOUGOSLAVIE
  14. Histoire Du Championnat D'europe Des Nations

    Vu que pas mal de photos et liens sont périmés je remets le sujet au gout du jour avec des nouveautés. Vous aurez chaque jour une édition.
×